Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ARTICLE

Le Guide Factor Apple Arcade, partie 16

Ricardo par Ricardo,  email  @Ricardo13Gaming
 
Cette semaine on se concentre sur trois jeux complètement multi-plateformes que l'on peut trouver entre 15 et 25 euros ailleurs : un faux XCOM de poche, un simulateur de Robinson Crusoe, et un conte sur l'éloignement amoureux. Côté stats l'abonnement en est à 128 jeux sortis, dont 56 essayés ici.

Spaceland

Qu’est-ce que c’est?

Un jeu de stratégie tour par tour. C’est développé par Tortuga Team ayant fait au préalable Braveland. Sort aussi sur tout (Switch, PC, PS4, One)

On y joue comment?

Les contrôles sont fait pour le tactile/souris, mais le pad est également bien exploité. Orientation paysage imposée. Préférez les grands écrans. (Lancé sur iPhone XS, iPad Pro 11", et Mac OS Catalina, avec et sans pad Xbox One et DualShock 4)

Et ça donne quoi?

C'est pas mal du tout

Vous l'avez surement déjà remarqué sur les photos, mais ce Spaceland a fière allure. 
J'adore la DA et la réalisation est de très bonne facture, contrairement à l'ambiance sonore plutôt quelconque.  L'histoire est banale mais se laisse parcourir, avec de l'humour (un peu lourd) dans les dialogues. La traduction française elle, est catastrophique, presqu'au niveau de Cardpocalypse (même pour les éléments d'interface, "Tour Final" pour "End turn" au secours!). Please play it in English.
Entrons maintenant dans le vif du sujet : les combats sont stratégiques, et lorgnent plus du côté jeu d'échecs avec cette gestion des munitions rendant chaque tir important, que sur le STR pur. Autrement dit on a un problème à résoudre plutôt qu'une bataille à mener.
Et c'est ce qui fait tout le sel de Spaceland par rapport à la concurrence car il se démarque ainsi en proposant un gameplay ciselé et n'est pas un énième clone de XCOM. 
Assurément un jeu qui restera sur mon iPhone tant que je ne l'aurai pas terminé.

Stranded Sails: Explorers of the Cursed Islands

Qu’est-ce que c’est?

Un jeu de sim/survie/farming. C’est développé par Rokaplay (ayant créés de petits jeux et notamment "Harvest Life") et édité par Lemonbomb Entertainment. Sort aussi sur tout (Switch, PC, PS4, One)

On y joue comment?

Les contrôles sont pensés pour le pad, injouable au tactile sur iPhone. Orientation paysage imposée. Préférez les grands écrans. (Lancé sur iPhone XS, et Mac OS Catalina, avec et sans pad Xbox One et DualShock 4)

Et ça donne quoi?

C'est bof

Je n'attendais pas forcément ce Stranded Sails car le mix au rabais d'Animal Crossing, Stardew Valley et autres jeux du genre sur mobile ne m'attirait pas des masses. Ce n'est donc pas une déception mais vu de loin, il avait l'air de promettre davantage.
Vous êtes le fils d'un capitaine de navire, vous embarquiez au départ pour des terres glacées en quête d'une nouvelle vie mais en chemin vous échouez sur une île tropicale. Vous êtes plutôt chanceux, ça aurait pu être l'inverse... Sur place vous devez retrouver les membres d'équipages dispersés aux quatre vents, faire pousser de la nourriture, préparer des plats, construire des cabanes puis des outils et explorer toujours plus avant ces zones paradisiaques pour amasser toujours plus de nouveaux matériaux. Le jeu est très reposant, paisible, et si vous recherchez un jeu pour décompresser, alors pas de stress, il y a Stranded Sails. Une petite touche d'agriculture par-ci, de pêche par là, de cuisine, d'exploration... tout est en place pour vous apaiser et vous occuper.
Le jeu est coloré, mais la réalisation n'a rien d'exceptionnel, les animations sont limitées et la musique vite redondante.
Le gameplay est simple voire simpliste et ne vous tiendra pas longtemps en haleine mais il arrive néanmoins à vous faire pester de temps en temps à cause d'une interface pas vraiment ergonomique. De plus la mécanique de jeu principale est très casse bonbons: chacune de vos actions vous coûte de l'énergie, que vous remplissez en dormant ou en mangeant. Imaginez maintenant que votre avatar se traine comme une limace desséchée mais que vous pouvez courir ... et que cela vous vide votre jauge d'énergie. Frustration niveau max. Allez finissons avec les griefs : le jeu est lent à se mettre en place et l'écran de l'iPhone est trop petit pour sélectionner les éléments d'interface au tactile, de plus on peine un peu à discerner les détails.
Bref, vous l'aurez compris, il faut faire pas mal d'efforts pour continuer à explorer les plages de ces voiles échouées, chose que je ne suis personnellement pas prêt à faire.
 

A Fold Apart

Qu’est-ce que c’est?

Un jeu de puzzle narratif. C’est développé par Lightning Rod Games, et c'est leur 1er jeu. Sort aussi sur tout (Switch, PC, PS4, One)

On y joue comment?

Les contrôles sont aussi bien pensés pour le tactile que pour le pad. Orientation paysage imposée. Tout appareil lui convient. (Lancé sur iPhone XS, et Mac OS Catalina, avec et sans pad Xbox One et DualShock 4)

Et ça donne quoi?

C'est pas mal du tout
 
Ames sensibles, ce jeu est fait pour vous. Vous suivez dans A Fold Apart un couple qui doit s'accommoder d'un éloignement forcé par le travail de l'un des deux amoureux. 
Avant de commencer, le jeu vous demande de choisir le type de couple à incarner (Homme/Homme, Femme/Femme, Femme/Homme) puis commence le récit sous forme classique (échange de textos et visualisation des réactions des protagonistes) jusqu'à ce que vous deviez interagir. C'est la phase où le héros interprète, souvent mal (car on le sait les discussions importantes par texto interposés, c'est le mal), le dernier message de l'être aimé et se perds un peu dans ses pensées prenant la forme de tableaux. La particularité ici est que votre personnage passe d'une image à l'autre et chacune peut être retournée et pliée (plusieurs fois) pour réussir à passer à la suivante. Les puzzle sont agréables et bien pensés, et le récit se déroule au fur et à mesure de votre avancée.
La progression et le style de jeu fait penser à Old Man's Journey en plus abouti. La narration est plus touchante, la DA est plus inspirée (inspirée aussi par Pixar et "La Haut" pour les personnages) et surtout le gameplay est plus poussé et ingénieux. De plus l'équilibre entre récit et puzzle est parfait et rythme bien le jeu. En revanche le titre est à priori très court (je crains d'être déjà proche de la fin après une grosse heure de jeu) et suis assez content qu'il soit dans Apple Arcade et ne pas l'avoir payé 20€.

PS : Pour rappel, un document Google Spreadsheet est à votre entière disposition pour voir un récapitulatif de tous les jeux essayés dans ce guide Factor, ainsi que la liste des jeux restants de l'abonnement. 

Et on se retrouve dans environs deux semaines pour de nouvelles aventures avec la 17ème partie du guide Factor Apple Arcade!

Rechercher sur Factornews