Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ARTICLE

EGX 2018 : Premières cultures de pizzas en pots dans HoloFist

billou95 par billou95,  email  @billou_95
 
Encore un projet qui sort un peu de nulle part et fait sa première apparition publique sur le salon EGX : HoloFist bouffe un peu à tous les râteliers, tapant dans l'hommage aux Tamagotchis de notre enfance et en cherchant bien à Stardew Valley, le jeu propose également un système de cartes à collectionner. Bref, le genre de mélange qui semble un peu trop présomptueux pour une toute petite équipe. On est allés vérifier si l'ensemble tient la route.
La version à laquelle nous avons pu jouer n'était que du préalpha, autant dire que pour l'histoire on repassera. Mais disons qu'on contrôle une fille aux cheveux roses et blancs, Mindy qui va faire ami-ami avec des petites bestioles, les Holo buddies. S'ils ne ressemblent à rien d'autre qu'un cube de viande inexpressif à leur état primaire, les créatures vont rapidement prendre des formes plus élaborées en bouffant tout ce qu'on voudra bien leur donner : soda, pizza, cheddar, etc. Plus on bourre la bébête de tel ou tel aliment, plus on a de chance qu'elle développe telle ou telle forme.

Après quelques minutes de jeu, on se retrouve avec un petit groupe composé de deux tatous-rhinocéros, un raton laveur expert du boomerang et un ver de terre professeur des écoles. Tout va bien. A la manière d'un Tamagotchi, chacun aura besoin d'être régulièrement nourri pour sa survie, mais également pour prendre des niveaux et muter à nouveau (on compte 6 transformations par animal). Tout ce petit monde va bientôt être en âge de participer à des combats, soit contre d'autres créatures qui peuplent le monde du jeu où contre d'autres personnages qu'on rencontrera à des moments clés de l'histoire.

Les combats se déroulent au tour par tour, comme dans un jRPG traditionnel. On commence par piocher des cartes qui permettront de rajouter des bonus défensifs ou offensifs à nos héros miniatures. Puis le vrai combat commence et on peut dire que HoloFist est assez spécial sur ce point. Pour chaque bestiole contrôlée, il est possible de consommer ses PP pour déclencher des pouvoirs qui affecteront une zone de l'écran où un ennemi en particulier. Dans la démo, le raton pouvait balancer son boomerang qui pouvait toucher plusieurs ennemis s'ils étaient sur la même ligne. Le tatou peut lui sauter d'ennemi en ennemi.

A chaque attaque, un léger QTE consistant à appuyer sur une touche au bon moment permet de faire plus ou moins de dégâts et inversement lorsque l'ennemi frappe, le QTE bien exécuté offre une chance d'éviter tout ou partie des coups portés. C'est simple, mais ça évite surtout de rester planté devant l'écran a attendre la résolution du combat. A la fin de chaque affrontement, on ne gagne pas d'XP, mais de la bouffe qui servira à faire monter les niveaux des créatures. Et si cela ne suffit pas, pourquoi pas planter des pizzas et les cultiver comme un vrai jardinier ?

Dernière composante du gameplay d'HoloFist, les jardins qu'on retrouve à certains endroits de la map et qui permettent de cultiver la précieuse nourriture dans des pots. Des marchands vendent également du fertiliseur qui permet d'accélérer la pousse. Si le jeu est encore dans un état peu avancé, manquant de feedback lors des combats et d'assets pour peupler la map, un voit à peu près ce que les développeurs veulent en faire et c'est franchement pas mal, jusqu'à la direction artistique très... anglaise, colorée, bon enfant.
Le mélange des genres d'HoloFist a du mordant, car il sait s'imposer des limites avant que des mécaniques trop complexes ne viennent se heurter les unes aux autres. Il reste cependant encore pas mal de boulot au duo Heartsman Limited, notamment sur les combats qui manquent de retours visuels pour bien comprendre les actions à notre disposition, mais le projet est en bonne voie.
Rechercher sur Factornews