Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Yves Guillemot et Brad Wardell parlent de l'avenir

Zaza le Nounours par Zaza le Nounours,  email  @ZazaLeNounours
 
Lorsque MCV demande au saint patron d'Ubisoft si l'éditeur envisage de sortir de nouvelles licences, Yves Guillemot répond que l'heure n'est pas aux gateaux nouvelles IP. D'après lui, il est plus facile de créer de nouvelles marques pour accompagner le lancement de nouvelles consoles, et que tenter l'opération maintenant serait beaucoup plus risqué : à l'heure actuelle les licences déjà bien établies se vendent justement parce qu'elles sont bien établies et font de l'ombre aux petits nouveaux qui débarqueraient de nulle part.

On pourrait trouver bien des exemples et contre-exemples pour accompagner ces propos (par exemple la série Assassin's Creed, pourtant sortie deux ans après les PS360 et qui désormais doit être une des licences les plus vendeuses d'Ubi), mais en clair le père Guillemot voudrait vraiment bien voir débarquer de nouvelles machines afin de redistribuer les cartes et laisser le champ libre aux créatifs d'Ubi pour inonder le marché de vrais nouveaux titres. Bon, par contre, quand il illustre ça en prenant comme exemple la sortie de la 3DS, dont le line-up est squatté par les jeux Ubi, il se garde bien de faire remarquer que tous ces titres ne sont que des portages faits à l'arrache de jeux assez anciens.

De son côté, Brad Wardell le PDG de Stardock (dont la plateforme Impulse s'est récemment faite bouffer par Gamestop), est beaucoup plus technique dans les colonnes de Destructoid et espère sincèrement que la prochaine génération de consoles utilisera des graphismes en 64 bits. Ceci permettrait en effet de ne plus être limité par la mémoire et de pouvoir utiliser des textures gigantesques, et donc d'obtenir un rendu largement au dessus de ce qu'on a actuellement. Selon lui, si les nouvelles consoles faisaient l'impasse sur ce genre d'évolution radicale, elles se retrouveraient complètement larguées par la puissance des PC d'ici un ou deux ans et les ordinateurs proposeraient alors des jeux visuellement incomparables à ce que pourraient afficher les consoles.

Le problème, c'est qu'il parait plus qu'improbable qu'une nouvelle génération de consoles trône dans nos salons d'ici deux ans. On ne voit pas trop Microsoft et Sony sortir de nouvelles machines à court terme alors qu'ils viennent tous les deux de claquer des dizaines de millions pour sortir leurs motion controllers et tenter de séduire un peu la clientèle de Nintendo. Du coup, alors que la puissance actuelle des PC est déjà incomparable avec celle des consoles de salon et que l'écart va continuer à se creuser, on n'aura toujours droit qu'à des titres multi-support relativement identiques sur PC et consoles. La révolution graphique n'est donc pas pour demain.
Rechercher sur Factornews