Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
ACTU

Vers une nouvelle presse JV sur internet

Niko par Niko,  email  @nik0tine  
Début des années 2000. Pendant que Joule se déhanche sur un bon vieux Corona bien rétro en boîte de nuit, la presse spécialisée jeu vidéo n'est pas à la fête : son âge d'or - quand il suffisait de déposer un magazine confectionné par de jeunes rédacteurs surpayés sur les étalages pour qu'il s'arrache - est bien derrière lui.

Après des années fastes est venu le temps de la concentration : Yellow Media a racheté tout ce qui bougeait, rationnalisé la production et gommé la personnalité des titres en faisant bosser les mêmes rédacteurs sur plusieurs canards du groupe. Il semblerait que le public ne s'intéresse plus qu'au CD de démo (voire au jeu complet) livré dans une pochette plastique avec les magazines, ce qui augmente les coûts de production pendant que le lectorat décline, attiré par la réactivité de l'info sur Internet, et que les annonçeurs déplacent leurs budget sur ce média. Bref, la presse papier spécialisée met un pied dans la tombe.

Hop, pour l'ambiance

Il est facile de dresser des parallèles avec la situation actuelle de la presse web : certes, Yellow Media a été remplacé par Webedia, qui n'a pas (encore) tout croqué, mais on retrouve le même écroulement du marché publicitaire à l'origine de la crise... et une "solution" tout aussi pourrie : augmenter, autant que possible, les espaces pub au risque de dégouter les lecteurs et déséquilibrer encore un peu le rapport de force déjà pas franchement favorable entre les rédactions et les marques qu'elles sont censées critiquer.

Mais reprenons notre machine à voyager dans le temps et voyons ce qu'il s'est passé au milieu des années 2000 : alors que Joule emballe sur du Nolwenn Leroy dans les bals de village, la presse papier semble condamnée à disparaître dans une relative indifférence. Mais une initiative voit le jour : Canard PC, créé par d'anciens rédacteurs de Joystick qui avaient fait leur valises lors du rachat de Yellow Media, apparaît en novembre 2003 en allant complètement à contre-courant de ce qu'il se fait à l'époque : papier de mauvaise qualité pour garder un prix contenu, peu de pub, pas de CD de démo et un pari sur l'indépendance et un style pour conquérir un public fidèle. La formule marche et trace la voie pour d'autres magazines comme JV le mag quelques années plus tard.



Motif d'espoir, donc, il est possible de survivre et de miser sur la qualité pour peu que les lecteurs acceptent de jouer le jeu. Alors, pourquoi pas sur le web ? L'année dernière, en relançant son premium et en axant la partie payante de son site sur les articles de fond, Gamekult a prouvé que le modèle était transposable. Depuis peu, GameSideStory, Extralife, Factornews et désormais NoFrag s'appuient sur leur communauté pour financer leurs bêtises. Et c'est une bonne chose : certes, il faut (parfois) ouvrir votre porte-monnaie, mais les rédactions bossent pour leurs lecteurs, et non pour monter dans le référencement google en traitant tout et n'importe quoi - avec une nette préférence pour le n'importe quoi. Il n'est plus nécessaire d'avoir des centaines de milliers de visites journalières pour maintenir en vie un site ; un noyau dur de lecteurs qui y trouvent leur compte et sont prêts à aider suffit.

Aujourd'hui, Canard PC songe à lancer en fin d'année un nouveau site payant. Il permettra de lire les articles du magazine papier au fur et à mesure de leur validation (agrémentés d'exclusivités web) pour une quarantaine d'euros par an. Pour tester le concept et financer la création de la chose, un Kickstarter sera ouvert le 7 juin. Si on manque encore de détails, on ne doute pas de sa réussite.
Rechercher sur Factornews