Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Travis Strikes Again : le plein d'infos

Frostis Advance par Frostis Advance,  email  @FrostisAdvance  
 
Les 4 jours de la PAX West de Seattle ont été l'occasion pour Suda 51 de parler en long, en large et en travers de No More Heroes: Travis Strikes Again, attendu sur Nintendo Switch courant 2018. 

En premier lieu, Suda 51 a tenu a expliquer la présence de son jeu lors de la présentation Nintendo Switch Nindies Showcase Summer 2017. Il est vrai que l'on attendait pas forcément ce dernier dans une vidéo de présentation de jeux indépendants, puisque Grasshopper Manufacture a été racheté par la société GungHo Online Entertainment​ en 2013, composée d'environ 950 employés et pensant très lourd en dollars. Au passage, on apprend que le développement se fait conjointement avec Shirogumi Inc. et Marvelous Entertainement (qui s'occupe de l'édition). Tout cela s'explique en fait par la présence d'une forte collaboration avec des studios indés, et plus précisément avec Devolver Digital et Dennaton Games pour Hotline Miami, et Yacht Club Games pour Shovel Knight. Suda 51 a aussitôt sauté sur l'occasion pour préciser quelques détails à ce niveau.

L'histoire du jeu mettra en avant Travis Touchdown, qui devra se battre contre le terrible Badman, le père de Badgirl (classée seconde à la United Assassins Association). Là, vous l'aurez compris, ce nouveau volet de No More Heroes se déroule après le premier épisode, 7 ans après, pour être précis. En fait, Suda 51 n'a pas voulu faire un "numéro 3" tout simplement pour relancer un peu la série, mais aussi et surtout parce que le second épisode n'est pas son jeu. Bah oui, il n'était que directeur exécutif pour celui-ci. 

Comme on a pu le découvrir dans la vidéo de présentation, Travis et Badman se bastonnent dans une caravane, avant d'être aspirés par une console fantôme et être transportés dans le jeu Death Drive Mark II. A partir de là, Travis se retrouvera bloqué dedans et pour en sortir, il devra traverser 6 mondes et tabasser des boss. C'est là qu'entrent les fameuses collaborations avec des studios indépendants. 

Suda 51 a bien précisé à Gamexplain (voir la vidéo en bas) que les niveaux ne se dérouleront pas forcément dans les mondes de Hotline Miami, de Shovel Knight ou autres. De même, le gameplay ne sera pas nécessairement modifié. Par contre, Travis pourra porter un t-shirt Shovel Knight, la musique pourrait être tirée de Hotline Miami, des objets ici et là pourraient être disponibles, etc... Ça change un peu la donne. Evidemment, rien est définitif.

Concernant le développement, on sait déjà que le titre tournera sous Unreal Engine 4 et que l'équipe de développement est bien plus petite que pour No More Heroes Desperate Struggle, parce que Suda 51 veut ressentir la même impression qu'à ses débuts, avec une équipe réduite et soudée. Par contre, il s'est entouré de personnes absolument parfaites pour le character design !

On retrouve Yūsuke Kozaki, que l'on connait pour ses travaux sur les deux premiers No More Heroes, dont le personnage de Sylvia Christel (et aussi pour ses EROTICA Portrait collection), ou encore Liberation Maiden, Let it Die, Osu! Tatakae! Ouendan, Fire Emblem Awakening, Fates et Heroes, le personnage de Lucky Chloe dans Tekken 7, etc. Son site web est plutôt complet et blindé de références. Un autre artiste l'accompagne dans la partie character design, et ce dernier est déjà moins connu du monde du jeu vidéo, puisqu'il s'agit d'un certain Boneface. Cet illustrateur a par contre un tout autre envergure dans le monde la musique, notamment pour sa collaboration avec mon groupe d'amour, Queens of the Stone Age. Si vous avez aimez les illustrations de l'ablum ...Like Clockwork sorti en 2013 et de Villains (mon album de l'année 2017), et bien vous allez aimer Boneface. Voici son site officiel, si son travail vous intéresse (et aussi ton compte Twitter et Instagram). 

Bref, ça commence à sentir très bon !

Rechercher sur Factornews