Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

[MAJ] M1 : un processeur pour les gouverner tous

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
Après les déclarations fracassantes d'Apple sur les performances du M1, on s'est dit qu'il était prudent d'attendre des benchmarks réels. Ils viennent de tomber et ils font très mal. Pour le Geekbench 5 en mode simple coeur, le M1 défonce tous les processeurs Intel des précédents Macs. En mode multi-coeur, les 8 coeurs (dont 4 sont des coeurs basse consommation) du M1 cadencés à 3,2 GHz tapent les 7171 points contre 8033 points pour les 8 coeurs du i7-10700K cadencés à 3,8 GHz.

La performance est encore plus remarquable quand on se rend compte que le M1 en question est celui du nouveau MacBook Air (sans ventilo !) et qu'il a un TDP de 10W contre 125W pour le i7-10700K. Et ce n'est pas juste Geekbench. Encore plus fort : Geekbench 5 n'a pas été recompilé pour M1 donc il tourne via Rosetta 2 qui retranscrit les instructions x86 en instructions ARM.

Affinity Photo a par contre été mis à jour pour M1 et les benchmarks font encore plus mal. Le M1 défonce sans sourciller un MacBook Pro de 2019 avec un i9 8 coeurs. Quant au GPU intégré, même sans faire de miracles, il s'en sort plutôt bien face à un GPU dédié milieu de gamme comme le Radeon 580X. Du coup on est curieux de voir ce que le combo Rosetta 2+M1 va donner avec les jeux Steam.

Et Apple n'est pas le seul à utiliser des puces ARM pour faire autre chose que du mobile et de l'embarqué. Huawei s'apprête à sortir une ligne de PCs de bureau faisant tourner le Unified Operating System (la distrib' Linux officielle chinoise) en utilisant un CPU ARM maison comportant de 24 à 64 coeurs. Tout comme Google, Amazon utilise aussi ses propres CPUs ARM, les Graviton, pour faire tourner une partie des serveurs que vous pouvez louer. AMD a beau faire des puces x86, ils font aussi des puces ARM à destination des serveurs. Et il s'est vendu 30 millions de Raspberry Pi. Même Microsoft fait sa propre puce ARM pour la Surface Pro X qui fait tourner une version ARM de Windows.

Mais cette dernière reste une belle blague car le nombre d'applications natives est ridicule et la méthode retenue pour faire tourner les applications x86 (l'émulation) est lente. Au fond, Windows est le dernier rempart d'x86. Développer quelque chose de similaire à Rosetta 2 ne devrait pas être si compliqué pour Microsoft. Et si Adobe et compagnie font des versions ARM de leurs logiciels, ils pourraient aussi tourner sans trop de mal sur Windows ARM. Mais l'écosystème Windows c'est avant tout quelque milliers de pilotes qui devraient être recompilés coûte que coûte.

Du coup même si Intel se mettait à faire des puces ARM, il faudrait convaincre trois tonnes de constructeurs (MSI, Asus, Realtek, Broadcom, Nvidia, AMD, Razer, Logitech, Blackmagic,...) de suivre le mouvement ce qui n'est pas gagné. A noter que pour Intel ce n'est pas complètement délirant : Intel a produit des puces ARM pendant près de 10 ans (les puces XScale, revendues à Marvell Technology en 2006) et dispose toujours d'une licence ARM.

[MAJ] : les benchmarks continuent. Cinebench R23 tourne désormais de matière native sur M1 et The Verge s'en est servi pour tester les trois nouveaux Macs. En mode simple coeur, le MacBook Pro M1 tape les 1519 points ce qui l'envoie directement dans le top 10. En multi-coeurs, le MacBook Pro atteint les 7729 points et les maintient pendant 30 minutes grâce au ventilo de la bête.

Ce qui est intéressant est que le Mac Mini fournit les même résultats donc on peut extrapoler le TDP du M1 en mode débridé (avec ventilo) à une vingtaine de Watts. A titre de comparaison, le Ryzen 7 4800U et ses 15W tape les 9286 points mais il faut dire qu'il dispose de huit vrais coeurs et pas d'une architecture Big.little. Par contre, même en configuration 28W, les 4 coeurs du Intel i7-1165G7 ne font pas le poids avec seulement 4904 points.

Anandtech a aussi testé la partie GPU et là encore c'est une excellente surprise. Dans Futuremark, le GPU intégré du M1 fait jeu égal avec une GTX 1650 Mobile, une carte dédiée qui consomme 50W. Pour Rise of the Tomb Raider, le M1 surclasse la Radeon 560X Mobile et ses 65W. Dans les deux cas, les logiciels n'ont pas été recompilés donc tournent via Rosetta 2.
Rechercher sur Factornews