Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Konami pratique la Fallujah Libre

CBL par CBL, d'après 1UP  email  @CBL_Factor
 
A peine annoncé, Six Days in Fallujah provoque des réactions assez virulentes. Selon Reg Keys qui a perdu son fils en Irak en 2003, "ces horribles évènements devraient être confinés aux annales de l'Histoire et ne pas être banalisés et utilisés pour exciter les amateurs de sensations fortes. Vu le nombre de vies humaines perdues durant la guerre en Irak, la glorifier dans un jeu atteste d'un piètre jugement et d'un bien mauvais goût".

Remarque, on peut dire la même chose pour tous les jeux ayant pour cadre une guerre réelle. Mais selon Tim Collins, vétéran de la guerre en Irak, "il est trop tôt pour faire des jeux vidéo à propos d'une guerre qui est encore en cours". Et puis il y a le côté glauque de Fallujah. Selon Tansy Hoskins, de la Stop War Coalition, cette bataille relevait plus du "massacre" et du "crime de guerre" que de la guerilla urbaine.

Toutes ces personnes essayent de faire interdire le jeu. Vu le peu qu'on en connait et la complexité du sujet, il est largement trop tôt pour tenter d'interdire le jeu et ce n'est de toute façon pas la bonne méthode. Ca ne fait que renforcer le parfum d'interdit qui flotte au-dessus du titre et cela fait probablement partie de la machine marketing. Il serait plus sage d'attendre de voir le titre tourner pour juger de la qualité et de l'objectivité du traitement par Atomic Games de ces évènements.
Rechercher sur Factornews