Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Jeux vidéo et temps de cerveau disponible

Niko par Niko,  email  @nik0tine  
 
En l'espace de quelques années, la publicité a transformé le web en sapin de noël géant, les discrets bandeaux 480x68 se mutant peu à peu en flashs transparents et pages interstitielles, voire en publi-rédactionnel pour blogs (!). Mais le marché arrive à saturation, et les régies doivent maintenant étendre leur terrain de chasse. Pour beaucoup, les jeux vidéo constituent un nouvel eldorado.

On avait pris l'habitude du placement de marque dans les jeux de sport, on risque de nous le servir à toutes les sauces, à l'instar de Splinter Cell 3 et ses grotesques pubs pour un chewing gum. Mais c'est déjà du passé : aujourd'hui, les annonceurs envisagent de proposer du contenu additionnel sponsorisé, comme coca cola et son niveau très... rouge pour Wipeout Pure. Les pubs dynamiques ont également la cote : des jeux comme SWAT 4 récupèrent ainsi à chaque session de nouvelles affiches à placarder sur les murs virtuels du jeu, quitte même à espionner les habitudes du joueur. La régie de pub - spécialisée dans ce genre d'intégration - promet pas moins de 1 à 2$ par boite vendue. De quoi faire des émules.

Mais cette nouvelle manne profitera-t-elle aux joueurs ? Rien n'est moins sûr : a ce titre, l'initiative de FunCom - rendre totalement gratuit Anarchy Online pour qui accepte la pub - fait figure d'exception. On annonce d'ailleurs une hausse de prix des jeux pour la prochaine génération de consoles...
Rechercher sur Factornews