Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Jeux vidéo et handicaps

Buck Rogers par Buck Rogers,  email
 
Alors que Microsoft avait présenté, en mai 2018, une manette Xbox One pour les personnes atteintes de handicap, germait depuis décembre 2017 le projet HandiGamer de David Combarieu, père d'un joueur atteint de tétraplégie. Étant ingénieur, et comme on n'est jamais mieux servi que par soi-même, il avait commencé par bricoler tout seul un boîtier sous une PlayStation pour y déporter les boutons de jeux, et permettre l'accessibilité du média à son fils Théo. Il avait ensuite souhaité partager son expérience, et ainsi naquit le projet.


Les joueurs handicapés, bien que tout aussi passionnés, sont confrontés, à l'image de ce qu'a connu DJ H, à une véritable pénurie de l'offre. Pour une demande, il est vrai, aussi variée qu'il y a de handicaps. Mais le fait de jouer, au-delà du défi que cela représente, a pour eux de véritables vertus thérapeutiques. Surtout en cas de victoire ! Il était donc urgent que des propositions plus adaptées en termes d'ergonomie et de prix voient le jour. Le projet HandiGamer, soutenu par Xbox France, la Banque Postale et le crowdfunding, a permis de proposer des produits adaptés à chacun, dans une fourchette de prix comprise entre 150 et 500 euros. Et les responsables espèrent encore baisser les tarifs. En effet, les deux problématiques majeures sont que la fabrication est encore très artisanale, et que les produits sont réalisés à partir d'une manette classique, plus coûteuse que des pièces détachées.

Il existe également d'autres solutions proposées cette fois par l'Association CapGame. Cette dernière, dont le président est Jérôme Dupire, enseignant-chercheur au Conservatoire National des Arts et Métiers de Paris, a pour mission de favoriser l'accessibilité aux jeux vidéos. Elle a le mérite de proposer aussi d'accompagner les professionnels du secteur vidéoludique qui le souhaitent. Ces derniers étant bien évidemment encore peu enclins à franchir le pas. Invités à la Paris Games Week en octobre prochain, vous pourrez retrouver tout ce beau monde là-bas. Ils y présenteront leurs missions et leurs travaux respectifs. En espérant qu'ils puissent obtenir un aussi bon financement des pouvoirs publics que Webedia.
Rechercher sur Factornews