Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

[Hors Sujet] Kaamelott - Livre VI

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
Hier soir, Grand Rex, 18h30. Les fans de Kaamelott dont votre serviteur se sont réunis pour assister à l'avant-première du Livre VI de la meilleure série française. C'est un joli bordel. Le Grand Rex a décidé de la jouer old school avec ouvreuses et compagnie ce qui fait que la foule compacte met dix plombes à rentrer. En plus, l'équipe de la série est dehors et se prête au jeu des photos/autographes. 19h30. "On en a gros !" gueule un peu de monde alors que le show a déjà une demi-heure de retard. On pense à son précieux dernier train de 1h qu'il ne faut pas rater. L'organisation du Rex se décide enfin à abandonner les ouvreuses et tout le monde va rapidement à sa place.

19h46. Le générique de la série résonne. La salle est pleine à craquer et en délire. Alexandre Astier monte sur scène. Standing ovation. Puis il fait venir une grande partie des acteurs de la série même les seconds rôles. Ca en fait du monde ! Puis il nous annonce tout sourire qu'au lieu des six épisodes prévus, on en verra sept vu qu'il a reçu le septième en début d'après-midi. Bon, tant pis pour le dernier train. Nouveau tonerre d'applaudissement. C'est parti pour 7 * 40 minutes coupées par 2 entractes.

Le moins qu'on puisse dire c'est que le Livre V était sombre et finissait sur une note peu optimiste. Le Livre VI fait une pause dans l'histoire et sert de préquelle à la série en racontant des évènements survenus 15 ans avant Kaamelott. La genèse des différents personnages est montrée ainsi que le cheminement qui a mené Arthur depuis son poste de milicien à Rome jusqu'à celui de roi de Bretagne. On suit à la fois la montée d'Arthur à Rome, le front sur le mur d'Hadrien avec les romains d'un côté et les chefs de clan (Léodagan, le roi Loth..) qui essayent de s'unir et l'aventure d'une poignée de pouilleux qui cherchent à devenir chevalier (Bohort et l'inénarrable duo Perceval-Karadoc).

Astier n'a oublié presque personne dans cette genèse ce qui fait que ce livre est un concentré de fan service à l'état pur. Du coup, à chaque fois qu'un vieux-nouveau personnage réapparait (généralement avec un look improbable), la salle applaudissait chaudement. Malgré quelques raccourcis et une ou deux situations très téléphonées, l'histoire est comme d'habitude très bien écrite et permet surtout de faire la lumière sur certaines choses et d'en expliquer d'autres. Je sais que je ne suis pas clair mais j'essaye de ne pas spoiler.

Succès grandissant oblige, le Livre VI a mis les petits plats dans les grands. Outre le nouveau format (9 * 40 minutes) qui permet de bien développer les choses comme l'avaient fait les téléfilms du Livre V, la série s'est payée des jolis décors pour Rome et un paquet d'acteurs connus français. On découvre ainsi un Patrick Chesnais excellent en sénateur taquin et manipulateur, un Tcheky Karyo sympathique en général romain usé par 13 ans de front breton ou un Pierre Mondy délicieux en empereur complètement aux fraises.

Le Livre VI c'est aussi et surtout une pause dans la noirceur et un retour franc à l'humour. On s'en paye une bonne tranche devant les (mes)aventures de nos (anti-)héros toujours grâce à la qualité d'écriture des dialogues et au surjeu théâtral des acteurs. Les dialogues de la série ont toujours été fleuris et ce livre pousse le bouchon encore plus loin en adoptant un style presque rabelaisien. 2h. Le 7ème épisode vient de se terminer. Astier revient tout sourire sur scène pour nous expliquer qu'il ne nous reste plus que deux épisodes à voir mais qu'il faudra attendre leur diffusion vu qu'il n'a pas fini de les monter. Contrairement à ce qu'on pensait, le Livre VI sera le dernier à la télévision. La vraie fin de la série se fera donc au cinéma, Astier ayant prévu de faire trois films. Le public salue encore une fois le maître avant de gentiment régagner ses pénates la banane aux lèvres.