Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

G2A veut se racheter une virginité

Niko par Niko,  email  @nik0tine  
 
Si on a bien fait notre boulot, la mention de G2A devrait illico lancer le thème de l'Empire dans votre cerveau. Le marketplace permet certes d'acheter des clés de jeux (steam, origin, uplay, ...) à vil prix, mais l'origine de celles-ci est parfois douteuse. Canard PC a mis en ligne un chouette dossier gratuit là dessus, mais pour résumer, petite topologie des vendeurs de clé sur ce type de sites en 50 nuances de FPD (frais de port - normal pour une société basée à Hong Kong) :
  • Les licornes : Des quidams comme vous et moi qui, par un de ces hasards qui font le sel de la vie, ont eu un jeu en double (il doit bien y en avoir deux ou trois sur le site)
  • Les gagne-petit : ils ont acheté un stock de jeux en soldes et le revendent pour un prix un peu supérieur une fois les promos terminées
  • Les enfirés : Ils ont pris le dernier Humble Bundle 50 fois en pay-what-you-want à 0.01$, et revendent au détail
  • Les traders, qui achètent des jeux dans d'autres pays (en profitant de la faiblesse d'une monnaie, ou d'un prix public plus bas) pour les revendre en Europe
  • Les princes nigérians : ils ont chopé le numéro de carte bleue de votre maman et ont acheté tout un stock de clés qu'ils écoulent tranquillou
On passe sur les faux journalistes qui demandent des codes de reviews, les bots qui écument twitter à la recherche de clés distribuées au public, etc. Si dans la plupart des cas, le développeur gagne quelques kopeks dans l'opération (la première vente), la fraude à la carte bleue a des effets beaucoup plus pervers. Mais bon, G2A n'est qu'un modeste intermédiaire, il n'y est pour rien, et quand il apprend qu'une clé a été obtenue de manière illicite, croyez bien qu'il marque sa désapprobation en abattant fermement son petit poing sur son bureau en or massif. Mais comme il est à l'autre bout de la planète, on ne l'entend pas bien d'ici.

Pour ces clés achetées frauduleusement, sachez que si les acheteurs ont parfois la surprise de voir leur jeu disparaître de leur bibliothèque, les développeurs et distributeurs se retrouvent contraints de rembourser les banques - avec des intérêts. C'est pour cette raison que le dev de Defender’s Quest préfère que vous piratiez son jeu plutôt que de passer par G2A ou similaire (lâchez donc ce client bittorrent et allez lire l'article, il est très chouette).

Récemment, le cas de Tinybuild a pas mal circulé et forcé le site à réagir : il propose désormais aux développeurs de devenir ses partenaires, ce qui leur permettra de toucher 10% sur les ventes et de faire eux-même la chasse aux clés volées dans la base de données. On imagine que les développeurs vont sauter sur l'occasion : perdre du temps à faire la police pour un site qui brade le fruit de votre labeur en échange de quelques euros, voilà qui va encore augmenter la sexyness du métier.
Rechercher sur Factornews