Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Tropico 5 : Le tropico de trop ?

kimo par kimo,  email
 
On ne peut pas dire que la série Tropico se soit donnée beaucoup de mal pour évoluer depuis son passage à la 3D. La licence s'étant généralement contentée d’ajouter quelques bâtiments et une flopée de DLC plutôt que de renouveler ou d’approfondir ses mécanismes. Au premier abord, Tropico 5 ne semble pas vraiment vouloir changer la donne, ressemblant à s’y méprendre au quatrième épisode. Une fois en main, le jeu viendra-t-il contredire cette première impression?
Ce qui est sûr, c'est que les joueurs habitués retrouveront très vite leurs marques sans avoir à passer par la case tutoriel. Pour les autres, sachez que Tropico est un city builder qui vous place à la tête d’une république bananière. En plus de devoir gérer le développement de la ville et de sa population, il faudra faire face aux puissances étrangères, aux révolutionnaires armés et parfois à votre propre force militaire. À vous de choisir la manière de régler vos petits problèmes, entre la dictature militaire et la démocratie populaire, l’important c'est finalement de s’en mettre plein le compte en Suisse. Toujours aussi drôle et cynique, le jeu fait souvent sourire, exploitant les stéréotypes pour taper gentiment sur tout le monde, notamment lors d’une campagne au scénario très rigolo.

« Je vous promets de bâtir un monde meilleur… avec votre argent »

Sur son versant city builder, Tropico n’a jamais prétendu à une quelconque complexité. Votre population a des besoins primaires (santé, sécurité, logement…) et elle est ensuite divisée en factions (religieux, militaristes…) ayant des demandes propres. Pour y répondre, vous disposez d’une palette de bâtiments, et c'est plus à grand coup de bulldozer et de rénovations que de reflexion que vous vous en acquitterez. Il n’y a en effet pas vraiment de gestion à proprement parler : pas de budget, pas d’impôts, pas de planning de dépenses, ni d’investissements à long terme. L’argent entre et sort à la volée selon votre bon vouloir et celle de votre balance commerciale.
 
Tropico ne fonctionne donc pas vraiment sur une logique d’ajustements subtils mais se limite à quelques décisions globales (via des décrêts type « sécurité sociale » ou « permis de construire ») auxquels s'ajoute la supervision financière de vos bâtiments. Cette partie-là a été un peu amputée depuis Tropico 4, puisque vous n'en fixez plus le salaire ni l’orientation (comme la ligne éditoriale des journaux ou le type d’éducation des écoles) mais vous vous contentez désormais d’acheter des améliorations et de fixer un budget de fonctionnement. Pour compenser, vous pouvez maintenant choisir un gérant, ce qui relève très vite de la micro pénible pour des gains finalement très marginaux.

Le nombre de bâtiments de Tropico 4 avait été considérablement gonflé par les DLCs et l’extension, et il est assez triste de voir qu'il est drastiquement réduit dans cette nouvelle mouture, notamment en ce qui concerne le logement et l’énergie. Ils ont en plus des applications limitées, se contentant la plupart du temps de répondre strictement aux divers besoin de notre populace. On aurait pourtant facilement pu imaginer plusieurs types de réponses à un même problème en fonction du bâtiment choisi (par exemple privilégier une sécurité militaire ou policière). C’est ce que faisait à sa façon Tropico 4 en nous proposant parfois de choisir entre plusieurs modes de fonctionnement, ce qui permettait de varier et de multiplier les usages de certains d'entre eux et de se spécialiser un peu plus. Pour compenser, Tropico 5 dispose quant à lui d’une constitution, qui permet au joueur de gérer les questions de militarisation, de type de média ou encore d’immigration d'une façon globale, et non plus par bâtiment. On aurait aimé que cette excellente idée ne s’accompagne pas de ces disparitions dommageables mais permette au contraire d'en accentuer l'importance, en créant par exemple des synergies.

« Puisque seule la continuité peut apporter le vrai changement ! Vous devez me réélire »

Un autre aspect du jeu semble à première vue avoir été raboté. Il s'agit de la personnalisation de votre éminence El Presidente, elle aussi gérée à un niveau plus global. Le grand leader a en effet perdu en garde robe et en caractère. Vous ne pouvez plus personnaliser le background de votre petit dictateur (enfance, mode d’accès au pouvoir…) et vous devrez vous contenter d’une unique compétence à faire évoluer avec votre compte suisse. Une manière de redonner un peu d’intérêt à votre caisse noire, qui n’était pas très utile dans les épisodes précédents, mais encore une fois, au prix d’une simplification qui est loin d’en valoir la chandelle. En effet, la possibilité de personnaliser son président avait un réel impact sur notre style de jeu, puisque les bonus s’accompagnaient souvent de quelques malus plutôt rigolos concernant la production, les factions ou la politique étrangère.
 
En contrepartie, Tropico 5 propose un tout nouveau système de dynastie. Vous disposez maintenant de cousins ayant des compétences différentes de la votre. Lorsque vous aurez besoin d’user de leur bons soins, il faudra les faire élire à votre place. Malheureusement, amener de nouvelles têtes aux élections n’en influencera pas vraiment le déroulé. Là encore, en fonction du candidat, on aurait pu imaginer un système de popularité auprès des différentes factions, mais tout cela semble avoir disparu du jeu avec les traits de caractères. Quelques missions s’offrent bien à votre descendance, mais elles ne nécessitent pas de compétences particulières et n’apportent aucun bonus supplémentaire à votre potentiel successeur. Au final vous jonglerez assez peu entre vos différents présidents. Le mieux à faire étant de les placer comme gérants de vos bâtiments importants et d’oublier leur existence.

Si vous souhaitez diriger d’une main de fer, vous n’aurez plus besoin d’élections, mais vous devrez alors sans doute faire face à de nombreux soulèvements, et composer du même coup avec un système de combats sur lequel vous n’avez aucun contrôle. Résultat : si vous placez mal vos bâtiments, vous risquez de perdre toute votre armée qui ira bêtement au casse-pipe troupe après troupe plutôt que de faire front commun. Vous pouvez aussi agir de façon préventive et acheter, assassiner ou bannir les opposants (la prison ayant disparu) mais il est très difficile de maintenir un régime d’oppression. Le jeu, comme ses prédécesseurs, se révèle dans les faits très léger sur cet aspect, qui fait plus figure de folklore que d’une vraie alternative. Plus de prison, pas de camp de travail, pas de lois totalitaires, bref rien qui vous permette de faire advenir votre petit enfer dictatorial sous les tropiques.

« Le futur est notre avenir ! Prenons-le en main ! Pour nos enfants ! »

En dehors de ces changements apportés à la gestion de votre ville et aux problèmes politiques, le jeu introduit quelques nouveautés qui apportent un vent de fraicheur à la série, en lui donnant une dimension de progression historique.

Première grosse nouveauté : les ères. Vous commencez à l’époque coloniale, sous contrôle britannique, puis vous évoluez sous la seconde guerre mondiale, la guerre froide et enfin, l’époque moderne. Chaque passage d’ère débloque de nouveaux bâtiments, de nouvelles recherches et de nouvelles options de constitution, et change également la situation géopolitique. On vous impose un objectif différent pour passer à chacune d'elle : vous débarrasser de la domination coloniale, signer un traité ou développer un programme nucléaire. En réalité, la seule ère qui offre un peu de challenge est la première : vous devez y jongler entre la nécessité de satisfaire la couronne, ce qui a pour effet d’allonger votre mandat de quelques mois, et celle de faire monter le nombre de révolutionnaires sur l’île. Si, là encore, les contraintes sont mitigées par une marge de manœuvre confortable, au moins le jeu cherche-t-il à combiner ses mécanismes et force ainsi le joueur à poursuivre deux objectifs contradictoires, là où les autres ères se contentent paresseusement d’un bête objectif unique. Si le système d'ère est très sympa la première fois, sa répétition à chaque partie (ou dans les différentes missions de la campagne) est par contre un peu pénible Il faut alors refaire systématiquement les mêmes objectifs et les mêmes missions annexes.



L’autre nouveauté concerne l’arbre technologique. Vous générez de la science à l’aide de bâtiments et vous décidez où l’investir pour débloquer décrets, bâtiments et choix de constitution. L’idée d’intégrer un système de recherche n’est pas forcément bête, mais encore faut-il se demander pourquoi. Dans les jeux de stratégie (que ce soit Civilization ou Starcraft), débloquer un tech tree plutôt qu’un autre ouvre un timing, moment où on va pouvoir exploiter l’avantage technologique pour justifier l’investissement qu’il a nécessité ou bien pour régler une situation de crise. C’est donc non seulement dans le temps mais en relation avec d’autres contraintes externes que la recherche fonctionne. Dans Tropico 5, comme il n’y a pas d’opposants directs et que la recherche n’est jamais le moyen de répondre à un besoin critique, la course technologique n’a a priori pas d’intérêt, en dehors de notre propre confort, et on se demande s’il n’aurait pas mieux valu débloquer toutes les options en fonction des ères.

« Ouvrir les frontières aux marchandises, c’est s’ouvrir aux autres cultures ! Tant que ceux qui les produisent restent chez eux ! »

Si Tropico 5 fait des efforts pour se renouveler, la plupart des nouveautés introduites restent anecdotiques et ne modifient pas fondamentalement son gameplay. La raison en est très simple, et n'est pas nouvelle pour la licence. Tout dans le jeu peut se régler avec un bon compte en banque. Or, si la plupart des bâtiments de productions sont soumis à des limitations, l’agriculture permet, elle, d’avoir une source d’argent perpétuelle. Comme il n’y a ni plafond de production, ni de perte de rentabilité sur une ressource disponible en abondance, il n’y a pas besoin de réfléchir. Vous placez vos fermes et les infrastructures qui vont bien, et le jeu se charge du reste. L’effet pervers de cette méthode, c’est que vous hésiterez à tenter l’aventure sur l’autre versant économique du jeu : le tourisme. Débloqué tard dans le jeu et étant une source d'argent plus fragile, il y a peu de chances que vous en fassiez la source principale de vos revenus.

Tropico 5 introduit pourtant une réponse parfaite à cette facile solution, en proposant un système de marché. A défaut de créer l’obsolescence des ressources agricoles, la concurrence mondiale aurait pu en moduler l’efficacité en jouant sur l’évolution des prix. 
 De cette manière, la recherche aurait elle aussi pu trouver un intérêt, puisque préparer une reconversion économique avant une certaine date justifiait du même coup son importance. Mais le marché n’est hélas exploité que sur son versant le plus positif : vous avez parfois l’occasion d’importer des matières à bas prix et de vendre à très haut prix, parfois l'inverse, mais tout ceci est optionnel puisqu'il y a toujours un prix de base fixe pour tous les produits. Vous pouvez même acheter un produit à un pays pour le revendre immédiatement sur le marché normal et faire ainsi du bénéfice sur la plus value. Là aussi, la situation géopolitique aurait pu être utilisée pour justifier ces différences de prix ou orienter nos décisions, mais si ces conséquences sont bien prises en compte sous forme de malus envers certaines puissances, elles ne sont pas assez sensibles pour nous influencer.


Le problème, c'est que la campagne du jeu est elle aussi victime des limites du système économique. La plupart du temps, vous jouerez de la même façon et vous ne répondrez aux impératifs de campagne qu’au bout d’un certain temps, ou bien en parallèle. Un pirate vous rançonne de l’or à bas prix ? Facile, ajouter une mine d’or à votre système agricole. Cette stratégie n’est remise en cause que lorsqu’apparaissent des contraintes de temps. Il vous faudra prendre les devants et modifier un peu votre façon de jouer. Mais ces situations sont hélas trop rares et la campagne manque du coup franchement de challenge.

« Il faut rassembler le peuple et mettre fin aux clivages stériles ! Que tout le monde soit d’accord avec moi et puis c’est tout ! »

La dernière nouveauté du jeu, c’est le multi. Le coop n’a aucun intérêt si ce n'est de jouer avec un ami sur la même île. Le compétitif, en introduisant une logique de course contre la montre, est assez rigolo au final, même s’il se transforme rapidement en course au clic et de chasse au territoire. Pour gagner, vous aurez le choix entre atteindre une certaine somme d’argent, construire un bâtiment particulier, ou, le plus amusant, répondre à une série d’objectifs variés pour gagner des points. La possibilité d’établir des objectifs à plus ou moins long terme est plutôt maline, puisqu’elle permet de changer de stratégie : allez-vous brûler rapidement vos ressources sans vous soucier de votre population ou investir dans des infrastructures vous permettant de passer à l’ère suivante avant les autres ? Lorsque que vous combinez les objectifs de victoire, chacun peut poursuivre le sien, ce qui augmente le chaos ambiant, sans compter que certains joueurs peuvent même vous attaquer. Comme les objectifs sont tous paramétrables indépendamment (les développeurs ayant sans doute eux-mêmes jeté l’éponge), ils ne sont par contre pas forcément très équilibrés les uns avec les autres.  L'organisation du multi en lui-même est assez rudimentaire : il n'y a pas de classement en ligne ou de statistiques, trouver des parties peut se révéler difficile car les joueurs se font rares. Reste qu’en jouant entre amis, il est possible que vous trouviez votre bonheur le temps de quelques parties. Quelques parties seulement parce que les objectifs sont tout de même redondants et les stratégies assez limitées.

Un dernier mot pour conclure (tl ;dr)

Tropico 5 est une simulation sympathique, mais qui manque de profondeur. Les changements sont superficiels et ne parviennent pas à renouveler notre façon de jouer à une série qui stagne sérieusement depuis deux épisodes, malgré ses qualités indéniables. 
En ramenant la plupart des décisions de gestion à un niveau plus global (via la dynastie et la constitution), il a supprimé du même coup tout le niveau de gestion intermédiaire, ce qui a tendance à rendre le joueur plus passif qu’avant. Le manque de bâtiments, et le peu de contrôle qui revient au joueur, finit par faire se ressembler toutes les parties. Jouer sur les niveaux de difficulté ne fait que rendre les choses plus longues et laborieuses sans jamais exiger de notre part une quelconque adaptation. La campagne, en plus d’être extrêmement courte, ne parvient pas non plus à faire varier les situations. Les idées introduites auraient pourtant tout pour rendre le jeu plus intéressant, mais en se refusant à les exploiter pour changer ses codes, Tropico 5 se limite finalement à être un city builder casual, agréable à regarder et facile à jouer, mais aussi et surtout totalement anecdotique.
Si vous cherchez un jeu de gestion facile, rigolo et pas cher, Tropico 4 est fait pour vous. Si vous cherchez la même chose en plus beau et plus cher, vous avez désormais Tropico 5
 

Commentaires

Masquer les commentaires lus.
Yolteotl
 
Le manque d'ambition de cette série est vraiment dommageable alors que l'ambiance est assez magique, l'absence de difficulté fait qu'on y passe 5h, on en fait le tour et on repart sur un vrai jeu de gestion.
pomkucel
 
Super test ! Je partage totalement ton opinion. Ca fait deux semaines que je suis dessus. Pour l'instant, je trouve ca plutôt agréable. Certes, les
les nouveautés ne sont pas dingues (et je le compare au 3 car je n'ai pas joué au 4), il y a quelques incohérences et comme tu le soulignes très justement le challenge n'est pas ouf mais dans l'ensemble le jeu fait bien le taf.
Lock-on
 
Tropico 5 : quand c'est trop c'est tropico ?
Bertellin
 
Bonjour,
Je recherche acteullement un bon jeu de gestion (city-builder ou business gestion), vous me conseillez quoi du coup ?
Paulozz
 
Bertellin a écrit :
Bonjour,
Je recherche acteullement un bon jeu de gestion (city-builder ou business gestion), vous me conseillez quoi du coup ?


Prison architect, mais il faut etre cynique.
Yolteotl
 
Anno 1404,ou 2070, c'est probablement ce qu'il y a de plus abouti sur les dernières années même si tout n'y est pas parfait.
Bertellin
 
Merci parce que j'ai fait Tropico 4 que j'ai adoré mais bon, il n'y a pas tellement d'options. On fait à peu près la même chose à chaque partie et je trouve qu'on a pas assez de possibilités pour le commerce. C'est dommage parce que l'idée d'être un dictateur d'une petite île des caraïbes pendant la guerre froide, ça me branche plus que les Simcity et autres city-building moderne.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer à la discussion.
Cliquez ici pour vous connecter ou vous inscrire.
Soutenez Factornews.com

Tribune

lirian
(21h47) lirian je l'ai pas beaucoup connu mais il a pas l'air très net le zaza [fraghero.com]
kmplt242
(18h38) kmplt242 J'avais ça [consolepassion.co.uk]
noir_desir
(18h22) noir_desir MrPapillon > monsieur connard :)
kmplt242
(17h43) kmplt242 ahahahah le connard.
MrPapillon
(17h14) MrPapillon kmplt242 > Si j'en avais une six boutons, mais les invités avaient la trois boutons. Et ça me permettait de montrer ma supériorité au combat sans trop d'efforts.
kmplt242
(17h10) kmplt242 Non mais sf2 au pad 3 boutons ? Vous pouviez pas acheter la 6 boutons bande de pauvres ? :3
MrPapillon
(17h10) MrPapillon [youtube.com] [youtube.com]
MrPapillon
(17h06) MrPapillon Le vertueux > Je me range du côté kmplt242, surtout que j'avais déjà choisi mon camp avec Aladin.
MrPapillon
(17h05) MrPapillon Crusing > Ah ouaip, le game design d'exception où il fallait appuyer sur Start pour changer entre poings et pieds.
Le vertueux
(14h42) Le vertueux La musique de jungle version mega est déguelasse, celle de la snes on entend les petites trompettes, c'est plus joli.
Crusing
(14h04) Crusing Et je ne parlerais pas de sf2 au pad trois boutons..
Crusing
(14h04) Crusing kmplt242 > jungle strike avec son bouton A qui servait à strafer lorsque maintenu, ou à tirer le plus gros missile qu'on avait en une pression. Vive la mégadrive.
kmplt242
(12h16) kmplt242 Mais sinon, c'était génial. J'ai toujours eu un faible pour les jeux en 3d Iso
kmplt242
(12h15) kmplt242 Oui gérer le carburant c'était vite chiant.
noir_desir
(12h12) noir_desir kmplt242 > Idem j'ai beaucoup aimé desert strike à l'époque, le jeu était difficile...
kmplt242
(11h49) kmplt242 Merde c'était le salon Magic à Monaco hier, si j'avais su j'y serai allé poser/troller des question sur Shenmue 3 à Shibuya Productions
kmplt242
(11h29) kmplt242 Sérieux la version SNES on dirait qu'elle est jouée par un groupe de péruviens à chatelet [youtube.com]
kmplt242
(11h27) kmplt242 C'est là qu'on voyait la supériorité du proc sonore de la MD <3
kmplt242
(11h26) kmplt242 J'ai passé des soirées entière avec mon père à jouer à ça :3
kmplt242
(11h26) kmplt242 [youtube.com]
kmplt242
(11h26) kmplt242 Et puis cette zik de desert Strike !!!
kmplt242
(11h24) kmplt242 Crusing > (19h46) urban strike était pourri, les phases à l'intérieur, atroce. Par contre Jungle Strike était vraiment génial.
samedi 18 février 2017
Crusing
(19h52) Crusing choo.t > "des graphiques photoréalistes, 98/100"
choo.t
(19h49) choo.t Oh mon dieu, tu fais remonter en moi des souvenirs de Nuclear Strike 64, dieu que c'était chiant.
Crusing
(19h46) Crusing et*
Crusing
(19h46) Crusing J'avais joué à urban strike en émulé bien après, et mon dieu cette purge. Il a fallu l'itération de trop sur PSX pour que tout le monde comprenne que c'était un gameplay 100% désué.
Crusing
(19h41) Crusing D'ailleurs c'est incroyable le succès de cette série, car avec le recul, c'était de la sacré merde, avec du fun comme quand on s'arrache un ongle.
Crusing
(19h39) Crusing high five lirian
lirian
(19h36) lirian j'enculais des scuds
lirian
(19h35) lirian à cet age je lançais des missiles air sol, des roquettes et des obus de 30 mm sur des irakiens dans desert strike
Le vertueux
(19h33) Le vertueux Tuer du nazi dans wolfenstein, c'était très bien.
Crusing
(19h31) Crusing Oui moi perso ça me dérangeait pas à 6-7 ans de bombarder des trucs dans le golfe persique ou jouer à Splatterhouse/Altered Beast.
Le vertueux
(18h55) Le vertueux Cette désinformation et propagande du CSA, payés à rien foutre oui, je vous le dis !
Le vertueux
(18h45) Le vertueux sfabien > à 7 ans il est mûre pour pratiquement n'importe quel jeu, t'emmerde pas à chercher des jeux non violents.
miniblob
(18h01) miniblob Et surtout il y a des blagues sur les flatulences (si avec ça je vends pas du rêve...)
miniblob
(18h00) miniblob Après ya un peu de bagarre mais globalement tu retransformes tes ennemis en animaux, c'est pas bien méchant
miniblob
(17h59) miniblob sfabien > J'ai connu plusieurs gamins qui ont bien trippé sur Mini Ninjas : multisupport, souvent en promo sur Steam et en plus ya une série qui passe à la téloche (pour le combo)
choo.t
(17h28) choo.t sfabien > N'importe quel prod Nintendo. Captain Toad : Treasure Tracker est super accessible, même au grands débutants.
Edhen
(16h56) Edhen sfabien > Si tu veux un truc plus moderne que Minecraft mais à peu près similaire jette un oeil à Portal Knight, c'est 'achement bien (en EA, ça sort bientôt, très bien finalisé pour l'instant).
MaVmAn
(15h51) MaVmAn "super 5 mad michel equipée survie zombies ": [leboncoin.fr]
Crusing
(15h33) Crusing sfabien > à la main ça compte pas
sfabien
(15h19) sfabien Crusing > tu me donnes envie de faire un gosse.
MrPapillon
(15h10) MrPapillon Crusing > Mon fils, je vais t'acheter un jeu vidéo : [resize-parismatch.ladmedia.fr]
Crusing
(15h08) Crusing Sinon plus simple tu choppes Mario war, et tu lui mets des branlées jusqu'à la dégoûter du JV, il gagnera un temps libre précieux pour toute la vie
Crusing
(15h04) Crusing (14h14) MrPapillon > oui voilà, ou europa universalis, et tu lui mets du jazz expérimental en fond tout en fumant du tabac brun à la pipe derrière lui en le regardant jouer, silencieusement.
Crusing
(15h01) Crusing sfabien > bein Mario galaxy / zelda alors non..?
Grostaquin
(14h39) Grostaquin M'a l'air très classe ce Narita Boy [youtube.com]
MrPapillon
(14h14) MrPapillon Ou Civilization VI, histoire de lui apprendre, dès son plus jeune âge, comment dominer le monde.
MrPapillon
(14h13) MrPapillon Laurent > Deus Ex alors, comme ça il aura le choix de ne pas être violent.
zouz
(13h16) zouz sfabien > Rayman
sfabien
(13h15) sfabien Merci, et puis la plateforme n'a pas d'importance. J'ai a peu près tout.
sfabien
(13h15) sfabien j'aime toutes ces lignes avec mon nom en gras. Je me sens important.
Laurent
(13h05) Laurent sfabien > non, ca devait etre celui-là [amazon.com]
Laurent
(12h56) Laurent MrPapillon > le monsieur a dit pas violent
Laurent
(12h55) Laurent sfabien > Les premiers harry potter, vraiment très bien pour découvrir les bases du JV (je crois que c'est celui-là que j'ai fini [amazon.com]
MrPapillon
(12h54) MrPapillon sfabien > (ou Dark Souls selon la police).
MrPapillon
(12h53) MrPapillon sfabien > Minecraft.
Crusing
(12h53) Crusing sfabien > budget cuts (comprendre: précise le support)
sfabien
(12h43) sfabien Qui connait un jeu vidéo sympa, pas violent à faire jouer à un gamin de 7 ans ? Autre qu'un lego.
kmplt242
(12h39) kmplt242 Help les 3Distes [factornews.com]
Le vertueux
(11h16) Le vertueux Nastyfox > Les dialogues en soient n'étaient pas si bons que ça, mais le premier passait encore pour finir en gros navet affligeant avec le 3.
vendredi 17 février 2017
Mimyke
(23h41) Mimyke Mods Payant: Gabe veux un deuxième round: [moddb.com]
Crusing
(21h22) Crusing Le deux était quand très bien produit, et avec le recul l'aspect rpg un peu tronqué c'était un bon choix.
Nastyfox
(21h11) Nastyfox zouz > Bah les dialogues de mass effect premier du non (le seul que j'ai fini), c'était bien cool à l'époque, ça donnait bien l'impression du choix. Mais la j'ai l'impression de voir Vanquish X Les Sims (pour les têtes...), c'est perturbant
zouz
(20h53) zouz Nastyfox > (19h11) C'est tout coincé du cul, comme tous les Mass Effect quoi... Je n'ai jamais accroché à cette série (trop de blabla) mais la vidéo a l'air de respecter à la lettre le cahier des charges, manque plus que les dialogues chiants et c'est bon
Laurent
(19h25) Laurent Niko > Tout est très fluide, mais quand même
Niko
(19h20) Niko (que j'avais beaucoup aimé en multi, mais c'est dur d'y revenir aujourd'hui)
Niko
(19h19) Niko ça a l'air moins rigide que ME3 quand meme
Nastyfox
(19h11) Nastyfox Je suis sceptique aussi, j'ai du mal à mettre le doigt sur ce qui me dérange cependant
Laurent
(19h09) Laurent En fait ce n'est pas à ça que je veux jouer quand je veux jouer à Mass Effect
Laurent
(19h07) Laurent Nastyfox > oui mais non. quelque chose ne me plait vraiment pas dans toutes ces séquences de combat
Nastyfox
(18h41) Nastyfox New gameplay andromeda [youtube.com]
CBL
(18h13) CBL Meme Fox News le lache : [bros4america.com]
CBL
(18h10) CBL thedan > C'est un peu comme ecouter son grand pere raciste parler à un repas de famille après un apero trop arrosé
Le vertueux
(09h57) Le vertueux MrPapillon > (23h55) Es tu certains que ça n'est pas l'effet de la cigarette magique qui commence à se sentir ?
Le vertueux
(09h57) Le vertueux MrPapillon > Non je plaisantais, je ne vais pas y jouer du tout.
MrPapillon
(09h04) MrPapillon Jonathan Blow est clairement un excellent game designer qui arrive à prendre un concept très simple et à le dominer totalement aussi bien dans la finition, les idées que fignoler sa progression sur le joueur.
thedan
(09h03) thedan Je viens de regarder une partie de la conférence improvisé de Donald Trump... Il est magique dans la connerie ce président !
MrPapillon
(09h00) MrPapillon Et j'utilise "terminer" parce que dire n'importe quoi sur le jeu c'est du spoil.
MrPapillon
(08h59) MrPapillon Parce que si peut-être au début on a l'impression de lire un 20 minutes, une fois terminé on s'est bien rendu compte que ça n'a aucun rapport.
MrPapillon
(08h58) MrPapillon Le vertueux > Je suppose que tu l'as pas terminé pour sortir ça ?
Le vertueux
(08h33) Le vertueux Un puzzle game qui ressemble à des grilles de sudoku qu'on a dans le 20mn tous les matins. Nul, nul, nul !
choo.t
(06h04) choo.t Ah, "Multiple Endings" dans Sethian, c'est deux, dont une qui se débloque en 1 seul caractère à la fin du tuto, c'est un peu du foutage de gueule.
choo.t
(01h43) choo.t Moi c'est Scorn que j'attend, la DA style H.R Giger n'est que trop peu représentée dans le JV.
ignatius
(00h05) ignatius j'adore Devil Daggers, je crois pas pour l'instant rentrer dans la phase, le truc dingue c'est de regarder les records des meilleurs, t'as l'impression de rentrer dans la matrice.
ignatius
(00h01) ignatius (23h55) MrPapillon > Un peu comme dans The Witness.
ignatius
(00h00) ignatius (22h14) CBL > Là c'est tout de suite plus clair.
jeudi 16 février 2017
MrPapillon
(23h55) MrPapillon Dans Devil Daggers, en mourrant toutes les minutes, ton cerveau se modifie au fil du temps et tu commences à avoir une image mentale de tout ce qui grouille sur la map, le moindre petit son et tu réajustes ta trajectoire.
MrPapillon
(23h53) MrPapillon CBL > C'est pas une question de plus ou moins de monstres ou de plus ou moins devoir éviter/bouger, c'est une question de jeu qui est fait de dentelle sophistiquée plutôt qu'un jeu qui est fait avec plein de papier mâché partout.
MrPapillon
(23h51) MrPapillon Le vertueux > Ah ouaip la direction artistique de Inner Chains c'est un peu du Dark Souls en plus organique/arrondi partout. Mais le gameplay a l'air atroce dans les vidéos, surtout les machins qui tirent de l'électricité.
Le vertueux
(23h43) Le vertueux Rahh quel dommage.
CBL
(23h42) CBL MrPapillon > (23h35) C'est parce que tu n'as pas testé la campagne Hell On Earth qui defonce la plupart des FPS recents
Le vertueux
(23h41) Le vertueux Quoi que je viens de revoir une vidéo, ça a l'air un peu mou.
Le vertueux
(23h39) Le vertueux Inner chains. Il faudrait que le gars de Devil Daggers tente de faire un univers autour de son gameplay et de bien gérer le rythme, d'avoir des moments de contemplations.
Le vertueux
(23h38) Le vertueux comment se nomme t-il déjà ?
Le vertueux
(23h38) Le vertueux oh si y a un fps qui me vend du rêve là
Le vertueux
(23h37) Le vertueux MrPapillon > Parfois le plus dur est fait, mais il n'y a rien qui suit. Minecraft par exemple, le plus dur était fait, mais y a rien qui a suivit à part pour les amateurs de diorama virtuels.
MrPapillon
(23h35) MrPapillon Pas comme Brutal Doom par exemple, qui est juste du Doom avec du gore, peu de valeur ajoutée conceptuelle.
MrPapillon
(23h34) MrPapillon Même s'il fait pas un nouveau jeu avec des niveaux, c'est déjà extraordinaire d'avoir un gars qui a réussi à montrer le chemin et qui a trouvé le "truc" qui fait qu'on pourrait refaire du Doom surpuissant.
MrPapillon
(23h33) MrPapillon Le vertueux > Ben là le plus important est fait. Le gars a clairement une vision, il a réussi à bien comprendre le la surpuissance d'un Doom et de le surmultiplier en version contemporaine.