Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Sonic Unleashed

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
Oui, on sait. Tester Sonic Unleashed un mois et demi après sa sortie n'est pas forcément très utile mais pour ma défense, je précise que ma 360 est partie deux fois au SAV. Il y a pourtant fort à dire sur ce nouveau Sonic en 3D et pas forcément qu'en bien...

Comme d'habitude, le Dr Eggman a un plan diabolique pour dominer le monde et Sonic va essayer de l'en empêcher en s'attaquant à sa station spatiale. Il a emporté les émeraudes du Chaos pour passer en mode Super Saien. Seulement il se fait piéger et Dr Eggman utilise la puissance des émeraudes pour réveiller Dark Gaia, une entité malfaisante qui transforme aussitôt la Terre en puzzle géant. Sonic est renvoyé après sur Terre avec un bien étrange pouvoir et il devra restaurer le pouvoir des 6 émeraudes pour sauver le monde.
Ca, c'est la superbe cinématique du début. A vrai dire, je ne sais même pas pourquoi je vous parle de l'histoire car c'est un des gros points faibles du jeu. Non pas que le scénario soit inintéressant mais il est servi par des cinématiques et des dialogues d'une incommensurable niaiserie. Le pire est la petite merde qui vous accompagne et qui fait office de sidekick. Au bout de trois cinématiques, on l'imagine dans une salle de torture moyenâgeuse en train de "tester" les différents équipements.

Seeeeeeeeeegaaaaaaaaaaaaa !



Quand on joue avec Sonic, on a l'impression d'être au paradis. Le hérisson fonce à toute allure dans des niveaux magnifiques, longs et très bien designés. Sur cet aspect-là, c'est le meilleur Sonic 3D existant. Il n'y a pas trop de soucis de caméra, on enchaîne les phases en 2.5D avec les phases en 3D, les commandes répondent au poil, on trouve aussi bien des slides sur des rails que de la bonne vieille plate-forme, les niveaux sont bourrés de raccourcis et de passages secrets, ça va vraiment à une vitesse folle et certaines descentes donnent le vertige. On meurt assez souvent mais on comprend vite que toute est une question de timing. Comme une note est attribuée à la fin du niveau, on prend plaisir à les refaire pour faire le run parfait. C'est tellement rapide et éprouvant qu'on sort presque crevé d'un niveau. Crevé mais heureux.

Le problème est que ces phases constituent 30% du jeu. Le reste est nettement moins brillant. Le reste, c'est tout d'abord une partie aventure sans grand intérêt avec un overworld grand et bordélique où on trouve des quêtes secondaires, des marchands permettant d'acheter des tonnes d'objets et des PNJ n'ayant pas grand chose à dire. C'est aussi deux niveaux sur l'avion de Tails, Tornado. Alors qu'on s'attend à du bon shoot sur rail à l'ancienne, on se retrouve à enchaîner les QTE. Enfin, le reste, c'est surtout Sonic-Garou. Et oui c'est cela l'étrange pouvoir de Sonic : il se transforme en Sonic-Garou la nuit (ne riez pas. Attendez de voir le loading qu'on se tape à chaque passage de Sonic en Garou pour le faire).

Casse-Garoubignolles



Sonic-Garou a ses propres niveaux. Oubliez le fun et la rapidité des niveaux avec Sonic, on se retrouve à contrôler un gros lourdeau dans un mélange de beat'em all et de plate-forme pas franchement réussi. L'idée de base n'était pas mauvaise et Sega a même ajouté un petit côté JDR en permettant au joueur de booster les carac' de son personnage. Mais l'ensemble est bourré de défauts de maniabilité et de problèmes de caméra pour le côté plate-forme et servi par un système de combat mal pensé pour la partie baston. C'est triste car le level design n'est pas dégueu et il y avait quelques bonnes idées comme prendre un ennemi pour cogner sur un autre. Un petit exemple de truc qui fâche : il y a deux manières de tuer un ennemi : soit en réduisant sa vie à zéro (c'est long), soit en cognant jusqu'à ce qu'un point d'exclamation apparaisse. On peut alors faire un finish him en réussissant un QTE. C'est marrant une fois. C'est marrant deux fois. Au bout de la trentième phase de QTE, c'est lourd surtout qu'en plus les QTE il y en a un peu dans les phases avec Sonic sans oublier celles sur Tornado.

Le bonheur des phases avec Sonic laisse donc vite le pas à la frustration des phases avec Garou qui sont plus nombreuses et surtout bien plus longues. En plus, le jeu est d'une difficulté hors norme pour un Sonic et les soucis de maniabilité ne font rien pour aider. C'est vraiment dommage car la Sonic Team a pondu un moteur 3D fantastique capable d'afficher des décors gigantesques, colorés et détaillés sans que le jeu rame. Ou presque. Dans certains passages avec Garou, le frame rate tombe brutalement sans raison apparente. Mais on le pardonne car artistiquement le jeu se défend bien et comporte ne BO d'excellente qualité.

(merci à [link=http://www.jeuxvideo.com]Jeuxvideo.com[/link] pour les captures)
Avec Sonic Unleashed, on ne tient toujours pas le Sonic 3D ultime, loin de là. Même si les phases avec Sonic sont sacrément réjouissantes, le reste est assez navrant et très éloigné de l'idée qu'on se fait d'un Sonic.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews