Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
TEST

Kirby Star Allies

Frostis Advance par Frostis Advance,  email  @FrostisAdvance  
Développeur / Editeur : Nintendo HAL Laboratory
Support : Switch
Depuis 1992, Kirby a touché toutes les consoles de Nintendo. En mode portable sur la Game Boy pour sa première aventure, puis maintenant sur Nintendo Switch pour ce nouvel épisode, en passant par la case console virtuelle pour n’oublier personne. Mais passer derrière Super Mario Odyssey n’était peut-être pas la meilleure idée du monde, à moins de viser un public très jeune. 

Un méchant très méchant

Chez Nintendo, toutes les licences n’ont pas le même degré d’exigence face à la narration par rapport à d’autres studios. D’ailleurs, c’est parfois ce qui vient après le gameplay et ce n’est souvent pas plus mal. C’est certainement pour cela que l’on doit toujours sauver les mêmes Peach / Hyrule / bananes / galaxies, en se battant encore et toujours contre Bowser / Ganondorf / King K. Rool / Andross. Pour le coup, Kirby ne déroge pas à cette règle simple et efficace et a même souvent poussé cela à l’extrême avec l’envie de proposer un gameplay en béton, pour une histoire totalement bidon.
 
Cette fois-ci, on découvre qu’un mystérieux personnage a balancé des cœurs maléfiques un peu partout dans l’espace, et qu’un de ceux-ci arrive sur la planète Popstar, celle où vit Kirby. Evidemment, Dream Land est touché par ce pouvoir et les méchants habituels de la série, Whispy Woods, Meta Knight, le Roi DaDiDou, Rick & Ken & Coo de (Kirby’s Dream Land 2), Max de Kirby’s Fun Pack et enfin Gooey de (Kirby’s Dream Land 3), restent méchants, puisque contrôlés à distance par ce personnage encore plus perfide. Coup de bol, le cœur à l’énergie négative n’a pas l’effet escompté sur Kirby et ce dernier découvre même un nouveau pouvoir : celui de l’amitié. Grâce à celui-ci, il peut devenir ami avec ses ennemis, et décide de partir en quête de vaincre ce nouveau dangereux personnage.
Oh oui, pour être totalement happé par ce scénario, il ne faut surtout pas avoir plus 7 ans. Et ça tombe bien, c’est l’âge indiqué sur la boîte. Mais le vrai problème, c’est que le gameplay est tout aussi simpliste.
 

C’est par où ? Tout droit.

Si la série des Kirby est connue pour son côté aventure en solo dans un univers mignon, elle tente depuis quelques temps de se tourner vers le multijoueur, notamment sur Nintendo 3DS, avec Kirby Battle Royale (novembre 2017), mais aussi Team Kirby Clash Deluxe (avril 2017) disponible gratuitement sur l’eShop, ou encore le bien moins récent Kirby Fighters Deluxe (février 2015). Pour ce nouvel épisode sur Switch, le gros du gameplay repose encore une fois sur une mécanique multijoueur. Et puisque Kirby peut balancer des cœurs d’amitié sur la plupart des ennemis, et donc, s’en faire des amis, ces derniers le suivront à travers les différents niveaux proposés. Naturellement, il faudra la plupart du temps jouer à 4 joueurs, mais si vous êtes seul avec votre console, des IA pas trop connes prendront la place de vos amis.

Avaler un ennemi et s’en faire un ami, revient ainsi à ce que sait faire Kirby depuis sa naissance : copier des pouvoirs. Il faut du feu pour exploser cette porte nous barrant la route ? Pas de souci, il suffit d’aspirer un ennemi possédant une attaque de feu, pour ensuite brûler cette satanée porte. Et cela fonctionne aussi s’il l’un de vos compagnons possède ce pouvoir. Du coup, sur les 28 transformations possibles, nous avons la plupart du temps 4 pouvoirs à notre disposition, sachant qu’ils peuvent s’additionner afin d’effectuer des attaques bien plus puissantes et dévastatrices. Et si par malheur, on ne possède pas ce qu’il faut pour venir à bout d’un point de blocage, le jeu propose toujours la solution pas trop loin, que ce soit sous la forme d’un ennemi à avaler ou carrément d’une transformation gratuite.



Vous l’aurez de suite compris, la difficulté n’est pas au rendez-vous. Pire, elle est quasiment inexistante, à tel point que le jeu en devient lassant au bout de quelques heures. On ne fait qu’une bouchée des ennemis parsemés ici et là dans parcours tous plus simples les uns que les autres, les mid boss passent inaperçu, et les boss de fin de niveau ne tiennent pas plus d’une ou deux minutes face à Kirby et 3 de ses amis. On roule littéralement sur tout ce qui se passe à l’écran et perdre une vie devient presque un challenge. Ou pas, puisqu’avec 4 personnages à l’écran et pas mal de détails, il est parfois possible de perdre de vue Kirby et de mourir bêtement. C’est ce qui m’est arrivé 3 fois dans le jeu, sur les 86 vies obtenues au total pour venir à bout de cette aventure, vide et plate. Pour un jeu de plate-forme, c’est tout de même embêtant, non ?

Pour pallier ce manque de difficulté, les développeurs ont planqué quelques bonus à trouver dans les niveaux, notamment des pièces de tableaux, comme dans la plupart des autres épisodes de la série. Chaque niveau possède au moins une pièce et une pièce spéciale, permettant de débloquer une galerie de tableaux commémoratifs, réalisés par des artistes de HAL Laboratory, ou d’anciens, ou même d’invités. Une petite carotte pour combler l’impression d’une simulation de marche avec Kirby se baladant et sauter de temps en temps, qui se révèle au final pas vraiment compliqué. Si dans Kirby : Triple Deluxe ou même Kirby :  Planet Robobot, pour ne citer que des épisodes récents sur 3DS, il était assez difficile de trouver ces fameuses pièces, là, c’est une formalité. On tombe même dessus sans le faire exprès, puisque l’IA vraiment loin d’être conne, débloque parfois les énigmes toute seule. Et comme si cela n’était pas assez simple, toutes les versions des amiibo Meta Knight, Kirby et Roi DaDiDou ainsi que Waddle Dee, débloquent jusqu’à deux pièces de tableaux, plus des étoiles et des objets de soin. 

Hyper joli, mais déjà oublié

Nintendo et HAL Laboratory nous en mettent pleins les yeux et les oreilles, avec un jeu vraiment très joli. C’est hyper mignon, coloré, ça fourmille de détails sur plusieurs plans et les références aux anciens épisodes sont très nombreux. Un remix de musique par-ci, des stages déjà vus par-là, des personnages emblématiques que l’on avait perdu de vue depuis longtemps, et même quelques clins d’œil à d’autres jeux provenant du même studio, comme l’excellent BOXBOY !, ou même le bloc de Super Mario. Bref, tout est là pour les fans, et même si le jeu tourne en 30 fps, que ce soit en mode docké ou portable, ce Kirby Star Allies flatte vraiment les rétines. 

La bande son n’est pas en reste et on retrouve un trio de qualité composé de Hirokazu Ando, Jun Ishikawa et Yuuta Ogasawara, nous servant de douces mélodies qui passent très bien lors d’une phase de jeu, mais qui ne restent malheureusement pas en tête. Et c'est d'ailleurs l'autre gros point noir du titre, puisque, même si le jeu est très beau et que l'OST est soignée, le vrai souci de ce Kirby est qu'il n'arrive pas à rester en tête une fois la console éteinte. On est très loin d'un Kirby : Au fil de l'aventure (Wii, 2010) qui proposait une patte graphique assez unique, avec un gameplay collant à ce style. 

Marcher, c’est bon pour la santé

Pour terminer ce Kirby, il ne faut pas plus de 5h en étant seul. Autant dire que c’est vraiment très peu, même si certains gros AAA se contentent souvent du même temps de jeu pour la campagne solo. Mais le problème, c'est qu'en dehors du solo, Kirby Star Allies ne propose pas vraiment de quoi se divertir. Alors oui, le 100% avec tous les tableaux demandera certainement quelques heures supplémentaires, mais ce n’est pas ça qui vous tiendra en haleine des mois durant. Et contrairement aux autres épisodes de la saga, il ne faut pas compter sur les mini-jeux pour rallumer la console, faisant plus penser à des épreuves de Mario Party qu’à de vrais ajouts intéressants. Il est toujours possible de se faire un boss rush ou tenter de passer des niveaux sans jouer Kirby (ce qui revient à être bloqué avec un seul pouvoir), mais non, ce n’est pas ce qui retiendra l’attention plus de 30 minutes.
Que dire, si ce n’est que Kirby Star Allies est taillé pour les enfants ? Mignon, coloré, petites musiques, difficulté inexistante, bonus donnés, et des vies en veux-tu en voilà, ce Kirby est vraiment ciblé pour un public très jeune. Ce n’est pas un mal, loin de là, mais il faut le savoir. Si vous souhaitez initier votre jeune progéniture aux jeux de plateforme, tout en jouant au moins en duo, c’est très certainement un excellent choix. Pour les autres, passez votre chemin et orientez vous vers Super Mario Odyssey.
Rechercher sur Factornews