Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Galerians Ash

Joule par Joule,  email  @j0ule  
Après un premier opus assez sympathique sorti sur PSX, Galerians revient sur console nouvelle génération. Son originalité rattrapait quelques défauts techniques assez déplaisants, qui hélas traversent les générations de consoles.

Taillé à la Ash


Ce qui saute aux yeux, c’est la qualité des graphismes qui auraient pu être réussis s’ils étaient visibles sur PSX. Le jeu a clairement un wagon de retard au niveau du visuel et la claque se fait dans le mauvais sens. Pour finir de ternir un tableau déjà bien sombre, les décors sont vides, souvent moches et parfois carrément épouvantables ; les animations minables, l’aliasing omniprésent et les personnages ratés. Le jeu se permet tout de même de longs temps de chargement, ce qui paraît tout bonnement incroyable.



Trop de Ash nuit à la santé


Le gameplay du premier avait apporté un peu de fraîcheur au genre du survival, le héros usant de pouvoirs psychiques pour se débarrasser de ses ennemis et devant se droguer pour survivre. Si vous n’avez pas joué à ce premier épisode, le début de ce second opus est totalement incompréhensible, puisque l’on commence pile poil là où finit le premier ; un meilleur rappel des faits aurait été vraiment nécessaire. La maniabilité n’est pas au niveau des productions actuelles, du coup les combats en pâtissent fortement. Les actions et énigmes sont convenues et ne surprennent jamais. Les salles s’enchaînent dans une monotonie implacable, jusqu’à ce que l’on éjecte le cd pour ne plus jamais l’insérer.

La sauce ne prend jamais quand on joue à ce Galerians Ash. Si le jeu n’est pas totalement mauvais dans le fond (grâce à un scénar déroutant mais au final bien ficelé), son gameplay répétitif et désormais déjà vu vient compléter une réalisation honteuse tant au niveau artistique que technique. A vite oublier.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews