Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
ARTICLE

Stadia Connect : le gros résumé

Frostis Advance par Frostis Advance,  email  @FrostisAdvance  
Suite à sa première présentation au public en mars dernier, Stadia se dévoile enfin totalement et Google annonce la couleur : prix, fenêtre de lancement, jeux, accessoires, connexions, et abonnement. Tout est là. Mais qui en veut ?
Comme prévu, Google n’a pas attendu l’E3 2019 pour détailler son nouveau service, Stadia. Pour rappel et surtout pour les deux au fond qui n’écoutent jamais, Stadia est un tout nouveau service de cloud gaming créé par Google, qui permettra de jouer en streaming à des jeux très gourmands en ressources, le tout en ultra haute qualité. Un joueur pourra commencer sa partie sur sa TV, puis passer sur l’écran de sa tablette, PC ou PC portable, tout en se disant qu’il serait bon de terminer sur son mobile. Oui c’est cool : mais comment, et surtout, pour combien ? Toutes les réponses ont été données dans ce premier Stadia Connect.

Pour présenter ce nouveau rendez-vous, Phil Harrison a mis sa plus belle chemise et ses pompes Nike aux couleurs de Stadia. Parce qu’il le sait : la classe, c’est d’être chic dans sa manière de s’habiller. Il sait aussi que le futur du jeu vidéo se trouve possiblement dans le streaming et potentiellement dans les nombreux data centers de Google. Alors le Phil n’y va pas par quatre chemins et annonce que Stadia sera disponible dans 14 pays à son lancement (dont la France), et qu’il sera possible de jouer sur n’importe quel écran, tout en plaçant un petit Pixel 3 et Pixel 3A dans le lot. L’objectif est donc de voir large, et pas seulement de s’intéresser aux vieux joueurs un peu aigris, même si débuter une présentation par Baldur's Gate 3, ça pète un peu la classe.

Et c’est bien sur ce point que Google veut frapper très fort. Avec Stadia, il sera possible de jouer au tout dernier blockbuster en 4K HDR, 60 images par seconde, le tout avec un son Surround en 5.1. Oui, mais pour cela, il faudra passer à la caisse, et c’est là où Stadia se dévoile comme n’étant pas le « Netflix du jeu vidéo ». En effet, si Phil Harrison a les mots juste, comme le fait de ne pas à avoir de « boîte », ni d’installation à faire, ou encore de mise à jour, et même carrément pas de téléchargement, il sera tout de même question de sortir le chéquier.



Pour commencer, jouer sur une TV non connectée implique de s’offrir un Chromecast Ultra (80€ tout de même), mais aussi une manette de jeu, vendue 70€ pièce. L’entrée de base pour jouer pépouze dans son salon est donc de 150€, si on ne possède vraiment rien. Mais Google est ton ami et Google souhaite que tu ne dépenses pas trop au début. Donc un « Pack Fondateur » sera disponible en édition limitée pour 129€, avec dedans : une manette, un Chromecast Ultra, trois mois d’abonnement à Stadia Pro et trois autres mois à offrir à un ami, mais aussi le cadeau des cadeaux, Destiny 2 (qui va passer Free To Play, ahah). Une belle ristourne. Mais, vous avez lu abonnement ? Voici les détails et Google propose deux offres.

Stadia Base

Il s’agit de l’offre de base, mais au moins, elle sera gratuite. Avec Stadia Base, il sera possible de jouer au minimum en 720p / 60 fps et son stéréo, et au maximum en 1080p HDR / 60 fps et son 5.1 Surround. Mais si l’accès est gratuit, les jeux eux, ne le sont pas. Il faudra acheter son petit jeu comme dans n’importe quelle boutique en ligne. Ce service sera disponible en 2020.

Stadia Pro

L’offre pour celles et ceux qui ont 9,99€ / mois à claquer dans un nouvel abonnement. Avec ce dernier, il sera possible de jouer au maximum en 4K HDR / 60 frps et son 5.1 Surround. Abonnement oblige, Google donnera l’accès à un catalogue de jeux gratuits (dont Destiny 2), mais aussi à un catalogue de jeux payants pour les jeux les plus récents. Il est aussi question de quelques réductions sur l’achat de certains jeux. En gros, il s’agit ni plus ni moins d’une sorte d’abonnement PS Plus ou Xbox Live Gold avec de jeux donnés tous les mois. Ce service sera disponible fin 2019.

Et la connexion ? 

Comme on parle de cloud gaming, il faudra évidemment une connexion à internet. Et on ne parle pas d’un truc bancal là, ou d’une connexion à la Miniblob ou à la Nicaulas. Le minimum recommandé pour du 720p, c’est 10 Mbps. Quant à la 4K, elle demandera une connexion de 35 Mbps. Autant dire que sans fibre optique, ce sera très compliqué de jouer via Stadia. Pour vérifier votre éligibilité au service, direction ce speedtest proposé par Google.

31 jeux au lancement

Stadia aura le support de nombreux éditeurs, notamment Ubisoft, Bethesda et Square Enix qui débarquent en force, mais aussi quelques autres gros noms sans jeu annoncé, à savoir Capcom, Electronic Arts et Rockstar. Pour le reste, rien de bien foufou, tout peut se retrouver autre part sans aucun problème. Mais les jeux sont là et surtout, les AAA sont là.
  • Ubisoft : Assassin’s Creed Odyssey, The Crew 2, Just Dance, Tom Clancy’s Ghost Recon Breakpoint, Tom Clancy’s The Division 2, Trials Rising
  • Bethesda Softworks : Doom, Doom Eternal, The Elder Scrolls Online, Rage 2, Wolfenstein: Youngblood
  • Square Enix : Final Fantasy 15, Tomb Raider Definitive Edition, Rise of the Tomb Raider, Shadow of the Tomb Raider
  • Larian Studios : Baldur’s Gate 3
  • 2K : Borderlands 3, NBA 2K
  • THQ Nordic Darksiders Genesis
  • Bungie : Destiny 2
  • Bandai Namco : Dragon Ball Xenoverse 2
  • Giants Software : Farming Simulator 19
  • SEGA : Football Manager
  • Coatsink : Get Packed
  • Codemasters : GRID
  • Tequila Works : Gylt
  • Deep Silver : Metro Exodus
  • Warner Bros. Interactive Entertainment : Mortal Kombat 11
  • nWay Games : Power Rangers: Battle for the Grid
  • SNK : Samurai Shodown
  • Drool : Thumper
 
 
Bref, tout cela est pour le moins intéressant d’un point de vue technique, mais terriblement problématique en cas de problème de connexion Internet ou tout simplement, de débit trop faible. Acheter un jeu 60€ en démat, pour ne pas pouvoir y jouer parce que votre FAI fait n’importe quoi, ou parce que Roger a pété la fibre de votre quartier en faisant des travaux dans votre rue, c’est aussi ça le futur avec Stadia.
Rechercher sur Factornews