Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ARTICLE

Le Guide Factor Apple Arcade, partie 4

Ricardo par Ricardo,  email  @Ricardo13Gaming
 
On en est déjà à la partie 4 du guide. Cette semaine nous avons droit à un jeu d'aventure bien en phase avec son temps, un run&gun qui lui lorgne clairement vers le passé, un shoot pour gamin et un jeu créé sous acide. Petit point quantitatif : sur Apple Arcade on en est aujourd'hui à 99 jeux sur Mac et 101 sur iOS.

Mosaic

Qu’est-ce que c’est ?

Un jeu d'aventure futuro-pessimiste.
C’est développé par Krillbite Studio, ayant déjà commis Among The Sleep.
Exclu temporaire Apple Arcade, sortira aussi sur PC, PS4, Xbox One et Switch.

On y joue comment ?

Très bonne question en l'occurrence, indigeste en tactile, un peu mieux avec un pad. Niveau performance pour info, sur mon iMac de 2012 j'ai dû baisser les réglages graphiques tellement il ramait, la honte car j'arrive à faire tourner de bien plus gros jeux habituellement. Préférez donc une machine récente couplée à une manette.
(Lancé sur iPhone XS, iPad Pro 11", et macOS Catalina, avec et sans pad Xbox One)

Et ça donne quoi ?

C’est ???
 
Beaucoup de mal à avoir un avis tranché sur ce titre tant je suis passé par divers sentiments à son égard. Avec sa plastique d'indé lambda, il ne m'attirait pas des masses. Ensuite j'ai commencé à y "jouer" et j'ai trouvé ça nullissime. C'est lent, on n'y fait pas grand chose, et ce pas grand chose se répète très vite, en plus d'être d'une banalité sans nom. Puis on comprend assez vite que tout est voulu, car c'est tout le propos du jeu : ressentir par le gameplay la redondance de son existence, d'être un des rouages de la machine societale et in fine de décider de sortir de ce carcan. C'est très métaphorique dans l'approche et ça attise ma curiosité.

Néanmoins mes premiers griefs sont toujours de mise, avec en plus des déplacements du personnage pénibles (lents et totalement imprécis). Mais il raconte son histoire avec élégance et une certaine folie (les passages ou il parle à son poisson rouge imaginaire, très WTF sur les bords). Bref me voilà bien embêté de devoir arrêter ma progression pour livrer mes premières impressions. Je vous dirai simplement qu'il s'adresse aux curieux d'expériences atypiques et matures, qui veulent bien lui laisser le temps de se raconter. 

Spidersaurs

Qu’est-ce que c’est ?

Un Contra-Like.
C’est développé par WayForward, indé prolifique ayant développé par exemple les Shantae, le récent River City Girls, ou un certain Contra 4 très proche dans l'esprit.
Exclu Apple Arcade.

On y joue comment ?

Les contrôles sont une tannée en tactile, beaucoup mieux au pad car pensés pour, même s'il est incompréhensible de ne pas pouvoir se servir du stick droit pour orienter ses tirs. Préférez les grands écrans pour profiter des superbes graphismes. Orientation paysage imposée.
(Lancé sur iPhone XS, iPad Pro 11", et macOS Catalina, avec et sans pad Xbox One)

Et ça donne quoi ?

C’est pas mal du tout.

Le nom improbable du jeu nous met tout de suite dans l'ambiance parodique des DA de notre enfance, les cinématiques et les dialogues ne faisant que le confirmer. Vous devez donc repousser la menace de mutants dinosaures-araignées à grand coup de balles de baseball ou de riffs de guitare... C'est du grand n'importe quoi assumé, mais pas toujours finement amené.
 
Les graphismes 2D HD en mettent plein la vue, les animations sont très correctes même si les passages entre les hauteurs de tirs mériteraient quelques frames supplémentaires. Côté gameplay c'est du très convenu, avec un bouton de saut et 8 directions pour notre tir (qui peut être augmenté par divers power-ups). Mais pourquoi diable ne pas se servir du stick droit pour diriger ses tirs ?! On se retrouve donc à devoir se déplacer en même temps via le stick gauche (heureusement on peut figer son perso pour ajuster son tir mais on perd la possibilité de le faire en se déplaçant...), un gâchis qui aurait pu être facilement évité. En revanche ce titre propose une feature inédite (pour le moment ?) dans la ludothèque de ce guide Apple Arcade : le jeu à 2 sur un même appareil ! On peut donc appairer 2 pads et c'est vraiment un gros plus. 
 Le jeu est assez punitif, avec très peu de vie (en tout cas au départ) nous obligeant à refaire le niveau, et par la même occasion se retaper les (longs) dialogues même si on peut les sauter. Au final le jeu s'en sort plutôt bien, sans doute car ce style de jeu est peu représenté, surtout sur cette plateforme, et qu'il fait plaisir à voir avec ses graphismes impeccables, mais il n'a pas du tout l'ambition de rafraîchir le genre, et c'est finalement ce que l'on retient le plus.

Battlesky Brigade Harpooner

Qu’est-ce que c’est ?

Un espèce de Shoot'em up.
C’est développé par BattleBrew un petite équipe ayant fait d'autres jeux Battlesky Brigade sur mobile.
Exclu Apple Arcade.

On y joue comment ?

Les contrôles se font exclusivement au tactile. Orientation portrait, très lisible, jeu parfait pour iPhone. 
(Lancé sur iPhone XS, iPad Pro 11", et macOS Catalina)

Et ça donne quoi ?

C’est bof.
 
Petit jeu mobile à destination des plus jeunes, le gameplay assez original, se déroule en 2 temps : vous devez, comme tout jeu de tir à défilement vertical, dégommer les ennemis et obstacles que vous croisez. En revanche tous les items qu'ils auraient pu vous céder après destruction massive restent inaccessibles dans cette première phase. En effet votre appareil est relié au vaisseau mère par une corde. Lorsque vous l'avez entièrement déroulée (ou lorsque vous n'avez plus de PV), vous êtes tiré vers votre point de départ et là commence la phase 2. Votre tir se voit alors remplacé par un filet, et vous devez récupérer un maximum de pièces ou autres objets laissés lors de votre ascension, tout en évitant les obstacles ou les ennemis que vous n'aviez pas éliminés.

Le jeu a ce petit quelque chose de Yoshi Touch&Go sur DS si ça vous parle. Côté réalisation c'est pas folichon et l'ambiance est trop enfantine (c'est un fan de Nintendo qui vous le dit...) et les musiques vite insupportables. À ajouter à votre dossier de jeu pour vos enfants, mais ne perdez pas trop de temps avec lui.

Painty Mob

 

Qu’est-ce que c’est ?

Un jeu inclassable.
C’est développé par Flee Punk un développeur solo, et édité par Devolver Digital.
Exclu Apple Arcade.

On y joue comment ?

Manette ou tactile, les 2 conviennent bien, léger avantage pour le pad néanmoins, votre doigt peut en effet gêner votre vision certaines fois. Orientation paysage.
(Lancé sur iPhone XS, iPad Pro 11", et macOS Catalina, avec et sans pad Xbox One)

Et ça donne quoi ?

C’est bof.

Je ne m'étalerai pas beaucoup sur ce titre, n'étant pas du tout réceptif à ce genre de jeu japoniaisant. C'est très coloré, très flat design simpliste et surtout très barré.
 
Le but du jeu est de rendre les habitants "grincheux" en les repeignant. Perso si quelqu'un me repeint la face je serai plus que grincheux, mais bon passons. Pour ce faire vous devez vous déplacer pour éviter ces grincheux et actionner le lâcher de peinture pour repeindre tout ce qui est autour de vous. Ça devient très vite le bordel à l'écran, mais je n'ai pas trouvé de réelle technique, à part bourriner sur la peinture et ramasser des recharges. Painty Mob me laisse la même impression que Katamari Damacy, je ne comprends tout simplement pas l'intérêt. Si vous avez aimé le jeu précité vous pouvez tenter votre chance avec ce Painty Mob, mais de manière générale je ne conseille pas cette bizarrerie.
On se retrouve la semaine prochaine pour la partie 5 du guide Factor Apple Arcade !
Rechercher sur Factornews