Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
ARTICLE

Indiecade 2018 : nos autres coups de cœur

Fougère & Nicaulas par Fougère & Nicaulas,  email
Pour la 3ème année consécutive, nous étions présents à l’Indiecade, le salon du jeu indépendant et expérimental qui se déroule au CNAM, juste avant la Paris Games Week. Le but est de présenter des jeux indés connus, d’autre en cours de développement, voir carrément des installations visibles uniquement en salon. On peut également assister à des séries de conférences, qui donne la parole à des personnalités plus ou moins connues de la scène indépendante mondiale. On vous a déjà parlé de la star du salon, Baba is You (reporté depuis à début 2019), mais voici une première sélection des jeux qui nous ont semblé les plus intéressants.

Felix The Reaper

Repéré il y a déjà quelque temps par les amateurs de bonne musique, Felix The Reaper est un puzzle game ou vous allez devoir aider Felix, un représentant du Ministère de La Mort, qui a des quotas à remplir. Mais tout ça, il le fait par amour ! À chaque expédition dans le monde des vivants, il a une infime chance de croiser l’amour de sa vie, une représente du Ministère de la vie.



Le jeu se découpe en chapitres, eux même composés de plusieurs missions. L’objectif est d’influencer subtilement le déroulement des événements jusqu’à obtenir un faire trépasser un malheureux. Un peu comme une Machine de Goldberg ou la fin est toujours couronnée par une mort. Heureusement, le design résolument unique du jeu permet d’éviter les détails les plus sanglants. On se retrouve à évoluer dans des saynettes, pour manipuler des éléments du décor et assurer qu’une chaîne d’événement apparemment innocente aboutisse au trépas de notre cible. Il faudra jouer avec le temps et la position du soleil, afin de s’assurer de toujours rester dans l’ombre, la lumière étant réservée au agents du Ministère de la Vie.



Pour les amoureux de la complétion et du score parfait, chaque mission propose plusieurs défis afin de relever un peu le niveau : un contre-la-montre, ne pas se faire toucher par le soleil plus de X fois, faire un nombre minimum de mouvements, etc. En tant que puzzle game, le jeu est retord sans être trop difficile, mais c’est surtout la BO et le personnage de Felix qui vendent le produit. C’est bien simple, Felix à le rythme dans les os. Il danse en permanence, fait des entrechats, moonwalk dans l’ascenseur de fin de niveau, progresse en pas-chassé, bref, il a la fièvre du samedi soir. Couplé à ça, une bande son groovy as fuck, et vous vous retrouvez a automatiquement regarder Felix du coin de l’œil, pendant que vos épaules prennent le rythme et que vos méninges cherchent la solution.

What the Golf ?

Jeu star de l’Indiecade (il a été récompensé par le prix du Jury), What The Golf est le jeu de golf que vous attendiez tous sans le savoir ! Présenté comme « le jeu de golf pour ceux qui détestent ça », le titre de Triband compte sur son humour et son sens de l’inattendu pour vous faire aligner les putts. Le principe est simple : vous allez enchaîner des mini-jeux ou le but est toujours d’envoyer un projectile sur un drapeau, comme le golf. C’est la nature du projectile et la méthode d’envois qui va évoluer. Le premier niveau nous demande d’envoyer le golfeur dans le trou, avec la physique une peu pétée que cela suppose, puis on va devoir envoyer une balle de golf classique, mais devoir calculer la trajectoire en fonction de ventilateur, bref, il y a toujours un twist à un exercice pourtant simple.



Heureusement, la prise en main du jeu est vraiment bien foutue. On clique, le temps se ralentit, on aligne la flèche dans la direction voulue, on vérifie que la jauge de force est à l’endroit souhaité, on relâche et on observe. Un petit temps mort nous empêche d'enchaîner les coups, mais il est assez court pour vous permettre de rectifier le tir sans trop de problèmes. Puis le projectile se transforme en voiture, ce qui modifie complètement la méthode que je viens de décrire, et vous vous retrouvez à essayez de suivre des yeux votre bolide lancé à toute vitesse.



Histoire de finir en beauté, les 3 derniers niveaux sont une parodie de SUPER HOT. Toujours en tapant dans une balle de golf, vous allez pouvoir ramasser des flingues et tirer sur des silhouettes rouges pendant que des balles vous frôlent dans un effet Matrix des plus réussi. Les « SUPER PUTT » qui s’affichent entre les niveaux ont achevé de nous faire rigoler. C’est complètement idiot, mais toujours inattendu et hilarant. Il suffisait de voir la foule rassemblée autour du jeu pour se dire que le concept avait été travaillé à fond. Il n’y a plus qu’à voir combien de temps les devs arriveront à innover sur leur concept de base.

Oni Hunter

Présenté par des étudiants de Rubika Supinfogame, Oni Hunter est un petit jeu mobile qui fait immédiatement penser à Ronin ou Mark of the Ninja. Le but est de compléter des niveaux en tuant tous les ennemis d’une seule série de coups meurtriers. Chaque niveau se déroule comme suis : votre personnage apparaît à côté d’une cage d’ascenseur, et vous pouvez voir l’ensemble des ennemis présents dans le niveau, tous placés sur des plateformes situées à différentes hauteurs. Vous pouvez prendre tout le temps que vous voulez pour observer le rythme des patrouilles, le placement des cônes de vision de vos ennemis et ainsi de suite. Un premier tap sur l’écran va arrêter le temps, et vous allez pouvoir dessiner la trajectoire de votre ninja, en plaçant des points de passage. Tout ce qui se trouve sur les lignes de déplacement est instantanément tué, sachant que vous devez systématiquement revenir à votre point de départ pour valider un niveau.



Votre nombre de dashs étant limité, vous devez réussir à contourner les obstacles qui vont venir complexifier les niveaux : tel ennemi à un champ de vision qu’il faut éviter, celui-là est renforcé et ne peux être tué que de dos, etc. La démo présentée était limitée, mais permettait de comprendre les possibilités présentées par le jeu, et aussi de profiter de la réalisation, vraiment soignée pour un jeu mobile. Heureusement, les mecs étaient préparés, et avaient également apporté un prototype issu d’une game jam, qui permettait de voir à quelle mécanique ils avaient pensé pour la suite : des caméra qui change d’orientation entre 2 dashs, des ennemis qui esquivent le premier coup et doivent être cueillis une 2eme fois, des niveaux plus retors, il y avait de quoi s’amuser. On attend d’en apprendre plus, une date de sortie dans les prochains mois ayant été évoquée.
Rechercher sur Factornews