Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Une Switch à la carte

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
La Switch a quelques défauts mais le principal concerne le stockage. Pour une raison inconnue (probablement le prix), les cartouches des jeux Switch sont limitées à 32 Go. Les jeux modernes ont du mal à tenir dessus. La solution choisie est d'obliger les joueurs à télécharger une partie du jeu. Les exemples se multiplient.

Dans le cas de Doom, il faudra télécharger le mode multi. Pour la compilation contenant les deux opus de Resident Evil Revelations, il faudra télécharger le deuxième jeu. Mais la taille limitée des cartouches Switch n'explique pas tout. Il y aussi un mélange de paresse et de mauvaises habitudes des développeurs. Le patch sortant le même jour que le jeu est devenue la norme. C'est acceptable pour des jeux PS4 et XO. Ca l'est nettement moins sur Switch. Sur PS4 et XO, les développeurs ne sont pas trop regardant quant à l'optimisation des données. Sur Switch, le problème est nettement plus conséquent.

NBA 2K18 est l'exemple à ne pas suivre. La version Switch impose de télécharger près de 23 Go de mises à jour et les sauvegardes pèsent 5 Go (!!) rendant l'utilisation d'une carte microSD obligatoire. A ce rythme, les cartes de 256 Go vont rapidement devenir indispensables et elles coutent près de 150 euros... Nintendo tente de donner le bon exemple : malgré ses trois tonnes de contenus (48 circuits, plus de 40 personnages et karts...), Mario Kart 8 Deluxe pèse moins de 7 Go.
Rechercher sur Factornews