Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Tué à mort par un tueur meurtrier (de mort)

Arnaud par Arnaud,  email  @drsynack
 
Peut-être fréquentez vous un psychopathe sans le savoir. S'il est Chinois, qu'il joue à un MMO et que vous lui volez son sabre virtuel, faites gaffe, il risque de vous poignarder. En effet, il a suffi à Monsieur Chengwei qu'on lui vole un sabre virtuel pour tuer (à mort, carrément), celui qui avait vendu malgré lui son joujou pour des Yuans sonnants et trébuchants. Pétage de plomb en bonne et due forme s'il en est.

En sus de montrer une nouvelle fois sous un jour négatif (du genre lampe de commissariat en pleine tête) les MMO, cette histoire a quand même l'avantage de poser la question du droit de propriété qu'ont - ou pas - les joueurs de MMO sur leurs personnages et objets virtuels. Mr Chengwei avait en effet tenté de porter plainte, avant de se faire allègrement envoyer promener par les policiers.

Jusqu'alors, les Contrats de Licence de l'Utilisateur Final (CLUF) indiquent que les personnages et objets appartiennent aux développeurs, et qu'ils sont en quelque sorte "loués" en échange de l'abonnement. Ceci pour éviter de voir s'agrandir le marché, déjà florissant, de la vente d'objets et de personnages virtuels - cette pratique ayant des conséquences catastrophiques sur les économies et mécaniques de ces jeux.

Les partisants de ce comerce, qui porte le joli nom de second marché, affirment quant à eux que lorsqu'on vend un objet virtuel on ne le vend pas en tant que tel, mais que l'on vend le temps passé à l'obtenir. Voilà un problème juridique qui devra être traité un jour, puisque le marché des MMO ne cesse de grandir, de même que la vente d'objets virtuels.
Rechercher sur Factornews