Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Le fruit du fonctionnaire

Buck Rogers par Buck Rogers,  email
 
La Chine a toujours été plus ou moins frileuse concernant le média vidéoludique. Depuis 2000, elle avait purement et simplement interdit la commercialisation de consoles de jeux. Après une première concession en janvier 2014, mais qui ne concernait que la zone de Shanghai, elle avait, en juillet 2015, levé l'interdiction sur l'ensemble de son territoire. Eh oui, le bon peuple chinois avait migré sur le PC, la tablette et le mobile, jouait en partie via le piratage, et l’État passait à coté d'un marché qui approchait les 22,2 milliards de dollars selon les estimations de l'époque. De quoi mettre de l'eau dans son vin.


La responsabilité du contrôle des autorisations de mise sur le marché de jeux vidéo fut confiée dès lors à l'agence nationale de radio et de télévision. Évidemment, certains jeux non validés avaient continué de se vendre de manière détournée. Sans compter que l'administration n'était pas réputée pour sa rapidité d’exécution. Mais la machine s'est grippée depuis mai 2018. C'est à cette période qu'elle a stoppé la délivrance de permis de commercialisation de nouveaux titres sur le marché, en pleine guerre commerciale avec les États-Unis. Coïncidence ? L'agence Bloomberg et le ministère de la Culture chinois parlaient d'ajustements organisationnels administratifs.

Le gouvernement chinois avait déjà contraint Tencent et des éditeurs occidentaux à brider le temps de jeu en juillet 2017. La décision était justifiée dans une démarche de conservation des valeurs traditionnelles. Cette fois, depuis le jeudi 30 août 2018, une nouvelle directive est apparue visant à protéger les yeux des enfants. La conséquence directe est la limitation des jeux en ligne et des nouvelles sorties. Nouvelles sorties ? Est-ce que tout cela aurait un rapport avec le blocage depuis mai 2018 de l'Agence nationale ? En tout cas, une chose est sûre, c'est qu'il y a bien un lien de cause à effet entre le manque de lumière naturelle et la myopie. De ce point de vue, c'est tout à leur honneur de vouloir anticiper de futurs problèmes sanitaires majeurs à leur population. Mais le fait que les écrans ne soient à aucun moment directement désignés, alors qu'ils sont le véritable support des jeux vidéo mais également d'autres activités quotidiennes, laisse toutefois dubitatif.

Par conséquent, il fallait s'y attendre, la nouvelle réglementation a fait trébucher quelques acteurs du secteur et non des moindres. Tencent a vu son titre chuter de 5%, et Perfect World lui a pris encore plus cher, en perdant 9% depuis ce vendredi. Autant dire que pour les géants de l'industrie, ça la fout mal. La Chine, devenue depuis peu le numéro un dans le secteur du jeu vidéo, devait générer jusqu'à 129 milliards de dollars d'ici 2020. On peut donc s'attendre à une baisse des prévisions.
Rechercher sur Factornews