Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

L'Arm en peine

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
(Pour simplifier cette news, la société Arm sera écrite en miniscule tandis que l'architecture ARM sera en majuscule) Arm ne vend pas de puces. La société anglaise développe des architectures de CPU, GPU et micro-controlleurs achetés sous forme de licences par leurs clients qui les utilisent pour concevoir leurs puces soit pour les utiliser dans leurs produits comme Apple et Samsung soit pour les vendre comme Qualcomm et Nvidia.

En 2016, le conglomérat japonais Softbank avait acquis Arm pour 24 milliards de livres. Mais quatre ans plus tard, Softbank est criblé de dettes en partie à cause d'investissements maladroits dans des jeunes pousses américaines qui ne rapportent rien comme WeWork, Uber ou DoorDash. Du coup ils ont commencé à vendre leurs actifs et songent à se séparer d'Arm. Au départ ils pensaient créer une société indépendante et la lister en bourse mais il semblerait qu'ils comptent vendre Arm à Nvidia.

La vente est loin d'être une certitude. Tout d'abord Arm a des gros soucis avec sa filiale chinoise. En Juin, Softbank a viré le président d'Arm China après avoir appris qu'il opérait en parallèle un business assez louche qui consistait à vendre des licences de puces au rabais en échange d'un investissement dans les clients qui achetaient les licences en question. Mais à la place de partir, Allen Wu, le patron en question, a annoncé qu'il restait à son poste et a même embauché sa propre équipe de sécurité et a interdit l'accès aux batiments d'Arm China aux représentants de la maison-mère. Ensuite il faut que le gouvernement américain valide la vente car le tout placerait Nvidia en position de monopole.

Nvidia utilise des CPU ARM dans ses puces Tegra, le matos qu'on trouve dans les Shield et la Nintendo Switch, et dans ses puces AGX utilisées par de nombreux constructeurs automobiles pour le pilotage automatique. Tesla était client d'Nvidia avant de développer leur propre puce maison elle aussi à base d'ARM. En plus de cela, les puces ARM sont omniprésentes. C'est bien simple : si vous avez un appareil électronique ou un machin intelligent, il y a 90% de chances qu'il y ait une puce ARM dedans. En plus d'être dans nos téléphones, nos consoles portables, nos voitures, nos frigos et nos montres, elles sont arrivées dans les serveurs, les supercalculateurs et les Mac. Le x86 domine encore les PC de bureaux et les PC portables mais pour combien de temps?



Surtout qu'en ce moment, c'est le gros bordel chez Intel. Il faut savoir que les puces AMD, Apple et Nvidia ne sont pas directement produites par ces derniers. Elles sont fabriquées par le géant TSMC. Ce dernier tout comme Samsung utilise une finesse de gravue de 7nm et est en passe de déployer le 5nm. Une finesse de gravure plus petite signifie qu'on peut coller plus de transistors sur la même surface et donc avoir des puces plus rapides et qui chauffent moins. Il y a d'autres facteurs à prendre en compte car les puces modernes n'utilisent plus des designs plats mais c'est un bon indicateur de l'état de la technologie.

Intel par contre fabrique ses propres puces. Et le constructeur a beaucoup de mal à produire des puces en 10nm. Leurs seuls puces 10nm sont les CPUs Ice Lake et n'existent que pour les PCs portables.  Et les choses ne s'améliorent pas : Intel a annoncé qu'ils ont repoussé leurs puces 7nm à fin 2022 début 2023 ce qui coincidera avec le passage au 3nm chez TSMC. Du coup, les têtes sont tombées : Murthy Renduchintala, chief engineering officer débauché de chez Qualcomm en 2016, a été viré. La giga-branche qu'il dirigeait regroupait tout depuis la conception jusqu'à la production des puces. Elle a été divisée en cinq sous-divisions et c'est Docteur Ann Kelleher (24 ans de métier chez Intel) qui dirigera la partie R&D pour le passage au 7nm puis au 5nm.



Mais il y aussi des rumeurs comme quoi Intel ferait appel à TSMC pour produire une partie de leurs puces x86. En plus d'être à la bourre niveau finesse de gravure, Intel n'arrive tout simplement pas à suivre la demande. Le problème est que le carnet de demandes de TSMC est déjà plein et Intel doit se battre avec AMD pour se faire une place sur les lignes de production. Quoi qu'il en soit, ce serait une première pour Intel. AMD s'est séparé de ses usines en 2009 en créant une compagnie indépendante, GlobalFoundries, qui appartient désormais à des géants du pétrole dans les Émirats Arabes Unis.
Rechercher sur Factornews