Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

[HS] La Planète des singes : L'Affrontement

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
Rise of the Planet of the Apes (La Planète des singes : Les Origines) faisait partie des bonnes suprises de 2011 grâce à sa réalisation enlevée, ses effets spéciaux bluffants et son scénario simple mais efficace. A la fin du film, on apprenait qu'un virus mortel était en train d'anéantir l'humanité tandis que les singes devenus intelligents se sont réfugiés dans la forêt au nord de San Francisco.

C'est donc le point de départ de sa suite, Dawn of the Planet of the Apes (La Planète des singes : L'Affrontement). Les singes sont maintenant bien établis dans les Muir Woods, Caesar est leur chef et ils pensent que les humains ont tous crevé. Ils tombent sur l'un d'entre eux qui manque de tuer un des singes et découvrent que les humains sont en fait bien vivants, qu'ils habitent les ruines de SF (dans le bloc California Street / Drumm Street / Market Street) et qu'ils ont un gros paquet de flingues. Les humains découvrent des singes évolués qui parlent, qui se promènent à cheval et qui ont des lances. Les humains veulent faire refonctionner le barrage électrique qui se trouve en territoire simiesque. Chez les singes comme chez les humains, deux positions s'affrontent : faire la paix ou tuer ceux d'en face. Dans les deux camps, elles ont toutes les deux leur champion. Forcément, cela va mal tourner.

Matt Reeves (Cloverfield) succède à Rupert Wyatt pour la réalisation du deuxième opus du reboot de la série. Le moins qu'on puisse dire est qu'il a fait un boulot fantastique. La réalisation est impeccable avec des scènes de bataille super fluides et est servie par une DA grandiose et des effets spéciaux incroyables. La version post-apo de SF est très bien fichue et les singes sont plus vrais que nature même quand ils sont super nombreux. On se dit qu'un singe qui charge une position ennemie à cheval avec un M16 dans chaque main va être ridicule. Sauf que non. C'est plutôt cool en fait. Surtout quand il montre bien les dents pour expliquer qu'il n'est pas content.

Au niveau du jeu d'acteur, les humains (dont Gary Oldman) font le stricte minimum et Jason Clarke (le héros côté humains) semble n'avoir qu'une émotion. Côté singes, c'est nettement mieux à tel point qu'on se demande si ce n'est pas fait exprès pour mieux faire ressortir l'humanité des singes. Non seulement les animateurs ont fait un boulot de taré mais en plus la manière de s'exprimer dépend de la situation. Ils mélange langage des signes, anglais un peu haché et petit cris. Le résultat est suprenant mais fonctionne bien.

Même si Dawn of the Planet of the Apes est un bon film, il souffre d'un problème majeur : un script dans la pure tradition hollywoodienne. Non seulement les dialogues ne volent pas haut mais en plus tout est prévisible et convenu. Au bout de 15 minutes, on sait qui sont les gentils, qui sont les méchants et on devine tout ce qui va se passer. On balance deux-trois séquences émotion dans le mélange et emballé c'est pesé. Cela va dans le sens du propos du film à savoir que les humains réagissent comme des animaux apeurés et que les singes agissent comme des humains mais on aurait aimé un peu plus de folie au niveau de l'écriture. Sortie en France le 30 Juillet.

En bonus, nous vous proposons un petit jeu. J'ai pris cette photo dans un cinéma de LA. Sauras-tu trouver les sept différences entre ces deux affiches de film ?
Rechercher sur Factornews