Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Free-to-play ou la ploutocratie appliquée aux jeux vidéo

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
A voir le nombre de free-to-play qui sortent sur smartphones, on aurait tendance à penser que c'est une économie rentable. Et c'est le cas. Selon une étude récente, les revenus des freemium ont augmenté de 211% l'année dernière et représentent 92% des revenus de l'App Store et de Google Play. Et pourtant il n'y a que très peu de gens qui donnent des sous.

80% des développeurs interrogés dans cette étude ont répondu que seuls 5% de leurs utilisateurs ne filent du pognon chaque mois. Selon une autre étude, ce serait même uniquement 1,5% des joueurs qui sont passés à la caisse en janvier. 10% d'entre eux (soit 0.,15% de l'ensemble des joueurs) sont même responsables de 50% des ventes.

Voilà à quoi tient le modèle free-to-play. Les smartphones étaient une plateforme prometteuse mais a été ruinée car une ultra-minorité de joueurs lâchent quelques dollars pour que leur imp creuse plus vite dans Dungeon Keeper. Il y a pourtant des développeurs qui essayent de faire les choses bien en sortant des bons jeux sans in-app purchase honteux. Mais ils sont confrontés à l'autre plaie du mobile : les clones.
Rechercher sur Factornews