Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Flagship : le post-mortem

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
L'Histoire se répète. Quand une figure légendaire du jeu vidéo quitte le studio qui l'a propulsé au sommet pour fonder le sien, le succès n'est pas toujours au rendez-vous. Au final, le succès d'un jeu tient bien plus à une équipe avec son savoir-faire qu'à un homme seul, aussi brillant soit-il.

Ed Del Castillo (ex-Westwood, fondateur de Liquid Entertainment) l'a compris. Bill Roper (ex-Blizzard, fondateur de Flagship Studios) vient de le comprendre. Flagship Studios est mort.

En fait, ça fait un petit moment que le studio ne va pas fort. Il y a un peu plus d'un mois, Guy Somberg, programmeur audio et gameplay sur Hellgate : London, écrivait un message fort déprimant expliquant que tout le monde crachait sur le jeu et Flagship, que le jeu était un sacré bide et que tout le monde se barrait.

Pourquoi Hellgate s'est planté ? Arnaud l'a bien dit : le studio a eu les yeux plus gros que le ventre ce que confirme les membres fondateurs de Flagship. Dans une interview en février, Bill Roper avait déclaré qu'ils avaient voulu trop en faire : Vista, DX 10, un gros jeu solo et un gros jeu multi, un jeu traduit dans sept langues lancé simultanément en Europe, en Asie et aux US... et qu'ils ont manqué de temps pour le faire. Max Schaefer, co-fondateur de Flagship est allé plus loin. Il explique qu'ils ont voulu mélanger gratuit et payant, moteur ultra high-tech entièrement fait maison et générateur de niveaux, première et troisième personne ... le tout dans un studio tout neuf avec un budget réduit.

Pour ma part, la vue à la troisième personne était une erreur ainsi que les épées. D'un mélange d'hack'n slash et de FPS, on est arrivé à un hack'n slash on ne peut plus classique à la troisième personne où les flingues ne sont qu'une option comme le sont les arcs dans Diablo. Le multi est un échec. L'absence de véritable mode coop en LAN a fait beaucoup de tort au jeu. Le choix d'un Londres démoli n'était si bon. On avait l'impression de parcourir toujours le même niveau... Enfin, la séparation franche solo/multi a fait que la gestion des patchs pour les deux versions a du être un enfer.

Et maintenant ? Toutes les belles choses promises pour le patch 2.0 sont probablement à la poubelle ainsi que les améliorations futures. Il ne reste plus qu'à espérer que le jeu connaisse le même sort que Vampire : The Mascarade – Bloodlines à savoir qu'une poignée de développeurs finissent le dernier patch officiel et qu'une bande d'amateurs passionnés sortent des patchs non-officiels. Quant à Mythos, il faut sans doute dire adieu à ce sympathique hack'n slash. Zog zog...
Rechercher sur Factornews