Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

E3 : Premiers vomis avec l'Oculus Rift sur EVR

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
Une partie des développeurs d'Eve Online et de DUST 514 ont fait partie de ceux qui ont backé le kickstarter de l'Oculus Rift, le casque de réalité virtuelle dont tout le monde parle.

Du coup ils ont reçu des kits de dev et ils créé sous le manteau EVR (pour "Eve VR"), une démo Unity tirant partie des possibilités du Rift et utilisant les assets d'Eve. CCP comme Oculus VR l'ont adorée et c'est devenu LA démo technique de l'Oculus Rift. Elle était à l'E3 et on a pu poser nos mimines dessus. Bienvenue dans la vraie next-gen.

On nous met le casque sur la tête, un autre sur les oreilles, le pad en main et c'est parti. On se retrouve immergé dans le cockpit du vaisseau qui est dans un hangar d'un navire de guerre. Ca laisse le temps de se familiariser avec le casque. Pouvoir bouger la tête dans le cockpit n'est pas quelque chose de nouveau dans les shoots spatiaux et les simulations de vol. La nouveauté est qu'on bouge vraiment la tête. En se penchant vers le bas, on voit les jambes du pilote à la place des siennes ce qui est assez déconcertant. En bougeant la tête vers l'avant, on "zoome" sur ce qu'on voit. L'immersion est saisissante. La résolution du kit de dev est faible donc ça aliase à mort mais la stéréoscopie est tout simplement parfaite. Il n'y a plus aucune barrière : on est totalement dans le jeu. Le champ de vision correspond au champ de vision réel de vos yeux.

VR missions



Après cette courte introduction, le vaisseau est largué dans l'espace et on commence à chercher sa première cible. La démo en elle-même est un jeu de combat spatial pas folichon. Deux équipes s'affrontent dans du team deathmatch à bord de petites vaisseaux de combat. Il y a un bouton pour locker un ennemi et tirer des missiles, un bouton pour la mitrailleuse laser, un bouton pour freiner, un bouton pour le boost et c'est à peu près tout. L'impression de vitesse n'est pas extraordinaire mais les vaisseaux sont hyper maniables.

Ce n'est pas plus mal qu'on n'aille pas si vite car ce serait peut être dur à encaisser pour un premier contact avec le Rift. De plus, ce n'est pas un FPS dans lequel on a les pieds au sol et où on bouge finalement la plupart du temps en 2D. Shoot spatial oblige, on tourne et bouge dans tous les sens donc on perd rapidement tous ses repères. Il est toujours possible de regarder toujours droit devant soit et de contrôler uniquement le vaisseau mais ce n'est pas drôle. L'intérêt du Rift est qu'on peut déconnecter le champ de vision du pilotage. On suit de la tête les vaisseaux ennemis pendant qu'on contrôle au pad la direction. On a à peine le temps de faire quelques frags que la démo se termine, bien trop vite.

Duodecuple-écran



Le retour à la réalité est un peu dur. Non seulement on a les jambes un peu chancelantes mais en plus les autres jeux paraissent bien fades. Bien entendu le potentiel de l'Oculus Rift ne sera exploité pleinement qu'avec les jeux en vue à la première personne que ce soit les FPS, les RPG, les jeux de voiture... Mais bien plus que le photoréalisme, c'est la prochaine étape pour l'immersion dans les jeux. Après cela, il ne restera plus que les implants neuronaux. Plutôt que de claquer votre tirelire dans un écran 4K ou du triple-écran, investissez plutôt dans un Rift. C'est loin d'être un simple gadget. Le SDK est/sera intégré dans les principaux moteurs graphiques du marché, le casque fonctionne déjà avec quelques jeux et plein d'autres prévoient de le supporter.

Rechercher sur Factornews