Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

E3 0/20

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
En Mars, on vous annonçait notre volonté d'éviter l'E3 cette année pour se concentrer sur la Gamescom. A en juger par la richesse des jeux présentés et décrits par Nicaulas et Frostis, il semble qu'on ait fait le bon choix. Pendant ce temps, l'ESA, les organisateurs de l'E3, sont en train de repenser le salon et veulent en faire un évènement encore plus orienté grand public si on en croit des documents internes publiés par GameDaily.biz.

Pour cela, l'ESA compterait vendre 10 000 badges grand public en plus des 15 000 actuels et transformer l'E3 en un festival pour les fans, la presse et les youtubeurs. L'ESA compte installer huit "expériences' au milieu du West Hall qui consistent principalement à regarder des youtubeurs et des célébrités jouer. Les documents sont remplis de mots clés qui font bander les marketeux comme "FOMO", "Gen Z", "STEM" et même "queuetainment" (divertir les gens pendant qu'ils font la queue)...

Pourtant, tout cela semble voué à l'échec pour plusieurs raisons. Tout d'abord, malgré l'insistance des dirigeants de l'ESA de faire de l'E3 un salon grand public, les membres de l'ESA (les studios) considèrent que l'E3 est un salon pour les professionnels avant tout. Le compromis serait de dédier le mardi, le premier jour du salon, entièrement aux membres de l'industrie et à la presse.

L'autre raison est que le Los Angeles Convention Center (LACC) est tout simplement trop petit pour un vrai salon grand public avec une superficie de seulement 67 000 mètres carré contre les 284 000 du Koelnmesse (Gamescom). Accessoirement Sony, Microsoft, Activision et EA n'avaient pas de stand cette année à l'E3. Pour ne rien arranger, l'ESA avait laissé un lien vers un fichier Excel en clair et accessible par n'importe qui sur le site de l'E3. Le fichier en question contenait l'intégralité des infos personnelles et professionnelles de 2 000 journalistes et youtubeurs. Oups.

L'histoire se répète : après l'E3 2006, les exposants se sont plaints du grand nombre de non-professionnels et du coût délirant des stands et ont menacé d'abandonner le salon. Les organisateurs ont alors répondu en changeant drastiquement la formule. En 2007 et 2008, l'E3 est devenu l'E3 Media and Business Summit, un salon beaucoup plus petit (10 000 personnes en 2007 et 5 000 personnes en 2008). 2009 a été l'année de la renaissance.

Il est clair que l'E3 ne peut pas continuer d'avoir le cul entre deux chaises. Soit le salon se recentre sur les pros soit il mise à fond sur le grand public. Dans ce cas, il devra trouver une nouvelle maison. Beaucoup de gens considèrent que ce genre de salon n'a aucun avenir à l'ère de Youtube et compagnie mais les chiffres prouvent le contraire. La Gamecom 2019, c'était 373 000 personnnes. Le TGS 2019, c'était 262 000 personnes. La Paris Games Week 2018 a tapé le 316 000. À titre de comparaison, l'E3 2019 n'a accueilli que 66 000 personnes. On ne sait pas encore à quoi l'E3 2020 ressemblera mais le salon sera de retour le 9 Juin 2020 au LACC. Sony pourrait être de retour histoire de parler de la PS5. Pour Factor, rien n'est moins sûr. On ne tient pas trop à dépenser l'argent de nos généreux tippeurs (et des jours de congé) pour voir des hommes-sandwichs faire les zouaves.
Rechercher sur Factornews