Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Atari et Amico sont dans un bateau

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
Il y a un an, on vous parlait d'une nouvelle console Intellivision, l'Amico. Elle est censée sortir dans un an mais on ne connait toujours pas les specs. Ce n'est pourtant pas un vaporware car il y a gens qui l'ont vue à l'E3 et qui ont pu y jouer. Ils ont donné leurs impressions. Mais personne n'a de vidéo de la bête en action. On peut juste voir ce qui semble être un prototype dans cette vidéo.

Intellivision a diffusé une nouvelle pub pour l'Amico dans laquelle Tommy Tallarico vous explique que les jeux modernes sont trop compliqués et insiste lourdement sur le fait que l'Amico va permettre aux amis et à la famille de jouer ensemble à nouveau. Tommy doit vivre dans une réalité parallèle où Nintendo n'existe pas. La vidéo se termine sur des images de jeux Amico et pour la plupart il s'agit de remakes 2.5D assez moches. Pendant ce temps, les choses ne s'arragent pas pour l'Atari VCS.

Rob Wyatt, architecte en chef de la console, a claqué la porte du projet le 4 Octobre. Il faut dire qu'Atari n'a pas payé la société de Rob Wyatt, Tin Giant, depuis six mois. Rob a un CV long comme le bras et est un gourou du rendu 3D aussi bien au niveau logiciel que matériel. C'est un des papas de la Xbox. Bref, on se demande bien comme Atari va faire sans lui. Tin Giant développait quasiment l'intégralité de la console vu qu'Atari ne compte qu'une vingtaine de personnes, principalement des costards-cravattes surpayés.

Atari a affiché une perte de nettes de 2,7 millions d'euros pour l'exercice fiscal 2018-2019 soit encore plus que l'an passé (2,3 millions d'euros de pertes). Le chiffre d'affaires est de 20 millions d'euros et provient principalement de l'exploitation des vieille license. Cela n'empêche pas son PDG, Frédéric Chesnais, d'avoir reçu un salaire de près d'un million d'euros et plus d'un million d'euros en options d'achat. En clair, si vous avez soutenu le jeu sur Indiegogo, on vous conseille de vous faire rembourser.


Rechercher sur Factornews