Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Affaire Doritos : des conséquences ?

Joule par Joule,  email  @j0ule  
 
Ayant fait beaucoup parler sur le net depuis une semaine, l'affaire des Doritos se calme gentiment, mais certaines publications en tirent les conséquences. Ainsi, aux US avec Polygon, et outre-manche avec VG247, les rédactions ont mis en place une sorte de charte d'éthique.

En gros, ces publications paieront elles-mêmes leurs voyages de presse, ne profiteront pas des victuailles offertes par les éditeurs lors des évènements et n'accepteront pas de cadeaux. Tout ça tant que faire se peut, évidemment. Dans le cas contraire, elles s'engagent à le signaler à leurs lecteurs. Enfin, les sites interdisent tous conflits d'intérêts : si un rédacteur a un intérêt financier, des relations professionnelles autre que celles de journaliste ou possède de la famille ou des amis dans une société de jeu, il lui est interdit d'en traiter l'actualité.

Pendant ce temps-là, en France, plutôt que de se remettre un peu en question, on préfère rire de l'affaire (ce qui pourrait être drôle si certains sur la photo n'avaient pas été impliqué dans des affaires douteuses). D'autres ne font même pas la différence entre le taf de journaliste (recevoir les jeux pour articles, participer à des présentations presse) et le conflit d'intérêt.

Qu'on se comprenne bien, on ne prétend pas que toute la presse française est pourrie, bien au contraire. Mais certaines zones de gris entre journalisme, publicité et relations presse mériteraient d'être éclaircies. Les réactions des médias anglophones montrent que plus de transparence est possible. Encore faut-il le vouloir...
Rechercher sur Factornews