Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
TEST

The Walking Dead : The Telltale Definitive Series

Nicaulas par Nicaulas,  email  @nicaulasfactor
Développeur / Editeur : Telltale Games Skybound Games
L’histoire est connue : au moment où Telltale met la clé sous la porte, l’ultime saison de The Walking Dead n’en est qu’à son deuxième épisode sur les quatre prévus. Robert Kirkman arrive alors à la rescousse avec son studio Skybound, embauche une trentaine de développeurs de Telltale et leur permet de clore la saga sur une belle note. Tandis que le catalogue de Telltale disparaît progressivement des étals pour des raisons de droits, Skybound en a profité pour rassembler l’intégralité du contenu The Walking Dead en une compilation sobrement intitulée « The Telltale Definitive Series », exclusive à l'Epic Games Store.
Au niveau du contenu, cette compilation propose donc la saison 1 accompagnée de son DLC 400 Days, la saison 2, la saison 3 (A New Frontier), la saison 4 (The Final Season) ainsi que Michonne. Plusieurs bonus sont aussi au programme, chacun ayant un intérêt différent en fonction de ce que vous venez chercher dans une compilation.
 
Ainsi, et même si on aurait aimé qu’elle soit plus fournie, la galerie d’artworks est honorable. Un juke-box permet d’écouter une quarantaine de morceaux issus des BO des jeux (toutes composées par Jared Emerson-Johnson), mais on regrettera l’absence de certains morceaux et le fait de devoir lancer le jeu pour y avoir accès. (On rappelle qu’on avait fait un bilan musical de la saga il y a quelques mois.) Plus anecdotique, on trouve une visionneuse de tous les personnages avec tous leurs skins, animations et lignes de dialogues. On trouve une série de commentaires audio pour une poignée d’épisodes. Toute la série n’a pas bénéficié de ce traitement, mais on se retrouve ainsi avec quelques heures d’anecdotes de développeurs et développeuses, doubleurs et doubleuses, etc. A noter également, un petit reportage sur la reprise de la saison 4 par Skybound. On lui préférera la longue vidéo de NoClip, plus complète, même s’il est impossible de ne pas écraser une larmichette lorsque Melissa Hutchison enregistre les toutes dernières répliques de Clementine, déjà devenues cultes par leur côté méta, avant de fondre en larmes devant son micro.



Sur les jeux en eux-mêmes, il n’y a pas énormément de nouveautés : le changelog explique que toutes les saisons ont été retapées pour améliorer les animations, la synchronisation labiale, l’UI et même tweaker le gameplay, mais nos souvenirs des premières saisons sont trop anciens pour qu’on repère l’amélioration. La fluidité des déplacements peut-être ? De l’éclairage dynamique a été ajouté à tous les épisodes qui n’en avaient pas jusqu’ici, mais là encore il faut avoir le comparatif sous les yeux pour s’en rendre compte. Enfin, une refonte graphique intitulée « Graphic Black » est proposée d'office pour renforcer l’aspect comics, reprenant le style de la saison 4 et l'appliquant aux autres saisons. Pour vous situer à quel point le résultat est anecdotique : à cause d'une erreur de traduction dans la description du jeu sur l'Epic Games Store, on est resté longtemps persuadé que seule la saison 4 bénéficiait de ce mode visuel. Même topo : sans le comparatif sous les yeux, rien d'ébouriffant.



Reste alors à décider si les jeux en eux-mêmes valent le coup. Si vous y avez déjà joué, vous vous êtes déjà fait votre propre opinion, et vous avez juste besoin qu'on vous dise que vous n'avez aucun intérêt à repasser à la caisse pour cette compilation. Les bonus ne sont pas suffisants pour sortir le portefeuille. Si vous n'y avez jamais joué, ou si vous vous êtes arrêtés en chemin, voici une critique express de la licence. La saison 1 reste un classique, extrêmement efficace dans sa montée en puissance narrative même si on vous a probablement déjà spoilé sa fin poignante. Le DLC 400 Days contient une ou deux séquences bien pensées. La saison 2, problématique à bien des égards, est probablement plus intéressante à analyser qu'à jouer. La saison 3 est un calvaire interminable. Bien que maladroite par moments, la saison 4 est une fort jolie conclusion à la saga. Michonne contient quelques moments de tensions bien amenés. En bref, Clementine reste un excellent personnage traversant des jeux pas toujours à sa hauteur, empêtrés dans une recette qui commençait à être indigeste dès la saison 2, avant de s'offrir un final plus que décent. A 50€ le voyage, le tarif reste cependant relativement raisonnable, et puisque même l'EGS se met à faire des soldes, rien ne dit qu'il ne sera pas encore plus abordable à l'avenir...
 
(Attention ça spoile un peu.)
Entre rentabilisation d'assets et mise à jour graphique légère, et malgré des commentaires audio intéressants, cette Definitive Series peinera à convaincre les personnes possédant déjà les jeux de passer à nouveau à la caisse. A 50€ pour une quarantaine d'heures de jeu, les novices pourront néanmoins se laisser convaincre, quitte à ne jouer qu'aux saisons 1 et 4.
Rechercher sur Factornews