Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Nuclear Throne, pas de repos pour les mutants

Fougère par Fougère,  email  @JeSuisUneFouger
 
Développé par les gars de Vlambeer, aussi responsable de l’excellent LUFTRAUSERS, Nuclear Throne est un mix bâtard entre un jeu d’action en vue du dessus et un rogue-like. Si vous pensez immédiatement à The Binding of Isaac, vous avez raison. Si vous vous dites que vos 140 heures de jeu avec votre bambin préféré vous ont préparé à ce qui vous attend, vous vous plantez le doigt dans l’œil jusqu’au fondement.
Ici, vous incarnez un mutant (parmi une sélection d’une douzaines de personnages déblocables) qui va prendre les armes pour poser ses fesses sur le Nuclear Throne et régner en maître sur le Wasteland. Chaque mutant possède sa capacité spéciale unique, et vous pouvez lui ajouter des perks (représentés ici par des mutations) à chaque fois qu’il aura accumulé assez d’expérience (représentée par des doses de radiations, c’est beau les univers cohérents).

Les niveaux s'enchaînent toujours dans le même ordre, et les ennemis que vous affrontez dépendent du niveau dans lequel vous vous trouvez. Les armes que vous utilisez pour exterminer tout ce petit monde sont très variées, allant du tournevis au lance nuke, et parfois aussi dangereuses pour vous que pour vos ennemis. 
Le tout (ennemis, niveaux, armes) est généré aléatoirement, ce qui vous permet de rager puissance l’infini quand vous vous faite pourrir sur l’avant dernier niveau alors que vous aviez enfin un build qui tenait la route.

Regarde, y'a même un Isaac qui fond

Présenté comme ça, ça a l’air con comme tout, n’est ce pas ? Et pourtant, le jeu est VRAIMENT dur. En 30h de jeu, je n’ai aperçu le Boss de fin qu’une seule fois, pour mourir presque immédiatement. Sachant qu’une partie dure entre 2 et 15 minutes, calculez le nombre de fois ou j’ai résisté à l’envie de balancer mon pad par la fenêtre. La génération aléatoire du contenu étant bien foutue, vous vous retrouvez toujours avec des perks / armes / niveaux différents, ce qui élimine complètement l’impression de répétitivité. Le gameplay hyper nerveux permet d'enchaîner les parties les unes derrière les autres sans problème, mais il reste assez punitif pour vous faire payer cher toute prise de risque mal calculée. Car entre les ennemis « élites » qui sont carrément plus puissants que les autres, les ninjas bien cachés qui viennent vous latter les fesses à la vitesse du son et la gestion des munitions assez particulière, vous allez mourir souvent. Très, très souvent.

T'es mort où ? 3ème Boss ... Comme hier ? Et avant hier aussi ?

Pour dire les choses simplement, le jeu joue à merveille sur les mécanismes de base du rogue-like : apprentissage, difficulté qui augmente de façon exponentielle sur les derniers niveaux et gratification pour les plus cinglés. Découvrir un nouveau niveau va vous remplir de fierté, puis de rage 5 secondes après être arrivé parce qu’un ennemi inconnu vous a déboîté dès que vous êtes apparu. Trouver une arme nouvelle et super puissante est extrêmement jouissif, jusqu’à ce que vous remarquiez que vous avez vidé votre stock de munitions en 3 salves (quand vous ne vous ferez tout simplement pas exploser avec). Le jeu regorge de niveaux secrets, mécanismes cachés et autres méthodes ésotériques pour débloquer de nouveaux personnages. Vous pouvez soit tricher et aller trouver les infos sur le wiki, soit passer pas mal de temps à essayer de trouver par vous-même, quitte à mettre en pause votre progression. Finalement, c’est moins vos compétences de joueur qui seront mises à l’épreuve que votre capacité à assimiler et à réagir à un maximum de situations en un minimum de temps. Et c’est ça qui est bon.

Ton gun est bruyant ! La musique que j'entend à peine est cool 

Un dernier mot sur l’ambiance sonore du titre, qui est fantastique. Outre le morceau qui vous accueille quand vous lancez le jeu - et qui m’a convaincu à lui tout seul de l’acheter - la musique et les bruitages sont de très bonne qualité. La BO est discrète mais permet de ne pas saturer au milieu des coups de feu et des râles d’agonie des ennemis, tandis que les bruitages (explosions, bruits de tirs, bruits des ennemis, etc) vous permettront d’appréhender à l’oreille ce qui vous attend dans les parties du niveau hors de votre champ de vision. Jouer sans le son est possible, mais vraiment pas recommandé.

PS : Les intertitres sont fournis gracieusement par mon coloc m'ayant regardé jouer.
Disponible pour une dizaine d’euros sur Steam, Nuclear Throne est un petit bijou. Je déconseille aux gens un peu sanguin d’y jouer, afin de préserver l’intégrité de votre matériel informatique. Pour les autres, foncez, il doit faire partie de votre bibliothèque Steam.
Rechercher sur Factornews