Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
TEST

Hob : Le lièvre attend, il profite du paysage

miniblob par miniblob,  email  @ptiblob
Développeur / Editeur : Runic Games
Support : PC
On parle beaucoup de la difficulté en ce moment. C'est vrai que certains jeux piquent un peu avant de prodiguer leur tendresse, comme votre tonton René qui ne peut pas s'empêcher de venir vous frotter les joues avec son éternelle barbe de trois jours pour faire la bise. Et puis, il y en a d'autres qui préfèrent jouer la carte de la découverte et de l'émerveillement, des titres dans lesquels on se glisse aussi facilement que dans un sous-vêtement fraîchement repassé. Hob fait sans aucun doute partie de cette seconde catégorie.
L'équipe qui se cache derrière Hob n'est pas née de la dernière pluie, Runic Games a en effet été fondé en partie par des anciens de Blizzard North qui s'étaient notamment fait la main sur la licence Diablo. Ils ont eu l'occasion de faire fructifier leur savoir-faire en matière de hack'n slash sur les deux premiers bébés du studio, Torchlight et sa suite, qui se sont rapidement imposés comme des références du genre. Mais ils n'ont visiblement pas envie de se laisser enfermer dans une case et proposent aujourd'hui une expérience nettement plus zen avec Hob. Ce dernier est en effet généralement plutôt catalogué comme un Zelda-like, genre qui veut à la fois tout et rien dire, ça tombe bien vu que c'est justement ce qu'on s'apprête à faire dans cet article.

Les tas de nature

Ce n'est plus vraiment à la mode de proposer une histoire bien simple avec une princesse à délivrer ou un gros balèze à tabasser. De nos jours, il faut sembler mystérieux et laisser la porte ouverte aux interprétations quitte à laisser le joueur mariner un peu dans le brouillard. C'est en tous cas le parti pris de Hob qui se la joue minimaliste côté narration : ici ni dialogue, ni cinématique superflue, on rentre directement dans le vif du sujet en incarnant un petit bonhomme aussi perdu que nous qui se réveille d'une longue torpeur. Avant même de comprendre ce qu'il fait dans le coin, il va perdre un bras (ouille !) mais un gentil robot va le remettre d'aplomb en lui greffant l'un des siens (ouf!). Ce fameux membre bionique pourra bien entendu accueillir des améliorations permettant notamment de débloquer petit à petit les différentes parties de la carte.



Oui, car vous vous en doutez, le monde de Hob ne va pas très bien et il vous revient de le remettre d'aplomb. Déjà vous allez rapidement vous rendre compte qu'une végétation violette peu amicale a envahi les lieux et il faudra trouver le moyen d'en éradiquer les différents foyers (on nous avait pourtant bien prévenu que le glyphosate était indispensable pour réguler mère-nature...). Mais ce n'est pas tout, il faudra aussi activer un nombre incroyable de mécanismes pour remettre le jus un peu partout et surtout pour permettre au terrain d'émerger des profondeurs du monde et de se reconstituer devant vos yeux ébahis façon puzzle.

Lutter contre un saut sale

Autant vous prévenir, il y a un petit quelque chose de maladroit dans cette progression : les énigmes ne sont jamais bien poussées, les combats manquent un peu de pêche et surtout les phases de plate-forme sont souvent frustrantes. En effet, les angles de caméra étant fixes et quelques bugs de collision s'invitant à la fête, on se retrouve régulièrement à glisser dans le vide à la suite d'un saut qui paraissait pourtant plutôt safe. Ce n'est pas non plus le scénario qui vous poussera à continuer, même une fois qu'on a récolté les différents éléments pour essayer de le décrypter, il demeure rachitique et ultra convenu. Bref, on pourrait donc penser que Hob est une calamité mais pas du tout, au contraire même, il parvient malgré tous ses défauts à proposer une aventure dans laquelle on se sent bien.



Typiquement Hob est un jeu dans lequel on prend plaisir à se perdre (et heureusement parce qu'on s'y perd finalement assez souvent vu que les objectifs ne sont pas toujours clairement indiqués), à fouiller les environnements de fond en comble pour dégoter tous les secrets et autres améliorations. Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte, déjà c'est un vrai régal pour les yeux comme pour les oreilles. Son look cartoon hérité des Torchlight donne un aspect enchanteur aux décors et les musiques de Matt Uelmen (pourquoi se fatiguer à le présenter alors qu'il vient d'accorder une longue interview à nos confrères de Gamekult) scellent l'alchimie d'une ambiance douce et enivrante. Finalement, tout son aspect déjà-vu, ses mécaniques de jeu un peu trop classiques se retournent et se transforment en arguments positifs : on est en terrain connu, on peut se laisser aller, admirer le paysage pendant une douzaine d'heures et se contenter de profiter du voyage à la manière d'un trip régressif en charentaises.
Hob n'est certainement pas un titre qui changera votre vie, ni même qui laissera une marque indélébile dans l'histoire du jeu vidéo, mais il vous donnera l'occasion de faire une jolie pause, de retrouver un plaisir presque enfantin de partir à la découverte d'un petit monde et de s'émerveiller devant sa beauté. C'est cucul à souhait, mais ça fonctionne, et ça donne une banane d'enfer.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews