Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
PREVIEW

Gamescom 2019 : premiers check-ups dans Still There

Nicaulas par Nicaulas,  email  @nicaulasfactor
Développeur / Editeur : Iceberg Interactive Demigiant
Supports : Steam / Switch
Vous allez vite vous rendre compte, si ce n'est déjà le cas, que notre couverture de la Gamescom 2019 contiendra très peu de previews de très gros titres. On a préféré se concentrer sur des projets plus confidentiels mais en apparence plus originaux. Still There coche les cases : un jeu de SF métaphysique dans une station spatiale, on était chaud bouillant.
Développé par les italiens de Demigiant et édité par Iceberg Interactive, Still There est donc pensé comme une histoire de science-fiction expérimentale, à laquelle s'ajoute des puzzles ouvertement inspirés de mini-jeux routiniers de Papers Please. On y incarne un astronaute, seul dans une station spatiale, ruminant la disparition de sa fille il y a des années. Il est réveillé chaque jour par une IA qui lui fournit une liste de tâches à accomplir. Cela va des check-ups de routine à de l'observation des étoiles en passant par du docking manuel de cargo.

Le jeu est en 2D vu de côté, et les décors forment un cercle : si on drag & drop à droite, on finit par revenir à son point de départ. Un panoptique qui accentue la sensation de huis-clos. Le jeu est découpé en plusieurs jours : chaque matin l'IA de la station nous donne une liste de tâches, on les accomplit, on part se coucher, et rebelote. Sauf qu'évidemment, il y a un twist à un moment donné. Le jeu se veut expérimental et métaphysique, après tout.

On se gardera bien de juger l'histoire dans son ensemble, étant donné qu'on n'en a eu qu'un simple avant-goût, mais la métaphore du deuil nous a semblé un peu forcée (dès la cinématique d'intro, en fait). A voir si le jeu gagne en subtilité par la suite. Quant aux mini-jeux, ils sont plutôt compliqués. Même avec l'aide de l'IA qui nous indique quoi faire sur quels appareils, il faut souvent tripatouiller tous les boutons pour comprendre lequel fait quoi, et l'UI est encore un peu en chantier.

Si on attendra la sortie en novembre prochain pour se faire une opinion définitive, Still There nous a laissé un poil dubitatif.
Rechercher sur Factornews