Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
PREVIEW

Gamescom 2019 : premiers baratins dans Beyond a Steel Sky

Nicaulas par Nicaulas,  email  @nicaulasfactor
Développeur / Editeur : Revolution Software
Supports : PC / iOS / Xbox One / PS4 / Switch
Quoi de mieux pour commencer un salon qu'une rencontre avec une légende du jeu vidéo ? Hmmm ? Deux heures de sommeil supplémentaires au lieu de faire la queue au milieu d'Allemands à l'hygiène douteuse ? Certes. Il n'empêche que pour démarrer cette Gamescom 2019, avec des valises sous les yeux et pas encore assez de café, Charles Cecil m'a présenté, en hands off,  Beyond a Steel Sky. Et le bougre était en forme.
Pour ceux qui ne connaîtraient pas le bonhomme, Charles Cecil a certes participé à des point'n clicks légendaires (Les Chevaliers de Baphomet ou Beneath a Steel Sky), mais c'est aussi un baratineur hors pair, dont les discours rôdés et les néologismes pompeux peuvent tromper les moins avertis.

Prenez Beyond a Steel Sky, qui fait suite à Beneath a Steel Sky : à l'entendre, c'est LE jeu qu'il veut faire absolument depuis 25 ans, et son rêve se réalise enfin. (Bon, OK, il avait fait un Kickstarter en 2012, qui visait le million de dollars et avait échoué à "seulement" 800 000.) Le passage à la 3D dans un style comics crayonné (Dave Gibbons est à nouveau de la partie, comme dans l'original) n'est pas comme chez Telltale ou Borderlands, non il y a toute une technologie derrière pour que ça soit vachement mieux (la différence ne saute pas aux yeux).

Les PNJs qui embarquent plusieurs scripts pour réagir à différents choix de dialogues, ou à certaines actions ou certains items que vous portez ? C'est du "virtual theater". Le fait d'avoir deux ou trois approches pour résoudre une énigme, y compris un système de hacking avec des tuiles à déplacer ? Du "link hacking". Il n'y a pas de QTE ? C'est une révolution !

Le pire ? C'est que le jeu est loin d'être inintéressant et pourrait très bien se présenter plus simplement. L'univers cyberpunk à l'ancienne (Beneath a Steel Sky n'était sorti que 10 ans après Neuromancer... on est vieux) semble bien s'acclimater du passage à la 3D, les décors ont de la gueule, les énigmes semblent dans la lignée de l'original, le scénario part sur une base assez simple (mener l'enquête pour retrouver un enfant disparu dans Union City)... pas mal de voyants sont verts ou orangés.

La sortie est prévue sur tous les supports pour quelque part avant fin 2019 (la fin d'année approchant à grand pas, on miserait tout de même sur un report pour sortir à une période plus calme).
Rechercher sur Factornews