Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
PREVIEW

Gamescom 2019 : premières engelures dans Help Will Come Tomorrow

Nicaulas par Nicaulas,  email  @nicaulasfactor
Développeur / Editeur : Klabater Arclight Creations
Supports : PC / Xbox One / PS4 / Switch
Dans la foulée d'un We. The Revolution sur la révolution française, développé par Polyslash et plutôt bien accueilli (en particulier en France, ce qui se comprend vu le sujet),  l'éditeur polonais Klabater présentaient ses prochains jeux à la Gamescom, à commencer par Help Will Come Tomorrow, développé par Arclight Creations. Un jeu de survie narratif intransigeant au cadre intrigant : 1917, la Sibérie, des survivants que tout oppose.
Le Transsibérien a déraillé au beau milieu de la taïga gelée. Accident ? Attentat ? Peu importe : seules cinq personnes y ont survécu, et leur principale préoccupation est de survivre jusqu'à l'arrivée des secours. Car de l'aide finira bien par arriver... non ? En attendant, c'est à vous de les garder en vie. Le froid, la faim, la fatigue, les blessures, les maladies, autant de jauges à surveiller pour chacun des personnages, en utilisant de maigres ressources pour les maintenir à des niveaux... heu... on va dire "non létaux". Techniquement, si on t'as amputé tes quatre membres à cause des engelures mais que tu respires encore, t'es en vie. Vous l'aurez compris, il s'agit ici de survie hardcore, comme on en trouve du côté de The Long Dark ou This War of Mine par exemple.

Chaque jour est découpé en deux phases : la journée, où on va assigner des actions aux survivants (construire, réparer, chasser, partir en expédition... le tout consommant des points d'actions), et la nuit on va discuter autour du feu. Parce que non seulement le froid, les bêtes sauvages et les maladies veulent vous tuer, mais en plus personne ne peut se blairer dans le groupe. Entre le militaire, l'aristocrate, le bolchevik, l'ouvrier et la servante, ce n'est pas le grand amour. A tel point qu'il faut faire attention à qui on confie les tâches de groupe : la clôture du camp sera peut-être mal réparée si c'est deux loustics qui s'engueulent qui s'y collent. Chacun et chacune ayant une vision du monde différente, il arrivera forcément un moment où vous les pousserez à prendre des décisions qu'ils ou elles réprouvent, brisant un peu plus l'harmonie du groupe et réduisant ses chances de survie.

Car l'idée centrale est là : pour réussir à tenir jusqu'à l'arrivée des secours il est indispensable de faire coopérer les membres du groupe, mais eux n'ont aucune envie de travailler ensemble, rendant votre tâche très, très ardue. Les mécaniques de survie sont finalement assez classiques, mais le fait de devoir en permanence penser aux relations entre les uns et les autres les rends suffisamment complexes pour qu'on soit ressorti très curieux de la présentation. D'autant plus que ce n'est pas le genre de jeu dont on peut expérimenter efficacement le gameplay en une petite demi-heure.
Heureusement, le jeu devrait débarquer avant la fin du premier trimestre 2020 et on pourra alors vérifier de quoi il en retourne.
Rechercher sur Factornews