Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
PREVIEW

E3 2018 : Premières crises de Rage 2

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
Soyons francs : quand Bethesda a annoncé que Rage 2 était développé conjointement par id software, les pros du FPS bourrin, et Avalanche Studios, les pros du monde ouvert où tout explose, on ne s'attendait pas à un drame intimiste sur fond de fin de monde. Cela tombe bien, Bethesda non plus. Ils ont voulu faire un jeu débridé, violent, punk et coloré. Le post-apo a rarement été aussi rock'n roll.
La présentation du jeu s'est passée en deux parties : on a commencé par regarder une vidéo de dix minutes résumant l'univers et présentant un niveau du jeu. Puis on a joué au pad au niveau en question qu'on venait de se faire spoiler. Concept. Mais passons. Après un tuto rapide, on débute à l'extérieur d'un grand batiment du projet Eden. Il est gardé par une bonne douzaine de membres de la Goon Squad, un des clans du jeu qui a pleinement adopté le look punk anglais des années 80. Les Sid Vicious en herbe ont envie de vous faire la peau ce qui est la transition parfaite pour vous parler des combats.

De base, ces derniers suivent le modèle Halo/Call Of Duty : on peut porter deux armes différentes ainsi qu'une série de projectiles (des grenades, le boomerang à trois lames venant du premier opus), on peut filer des coups de crosse et passer en vue iron sight. Mais à cette formule connue Rage 2 ajoute des super-pouvoirs. On peut sauter et retomber lourdement en fracassant le sol et les ennemis des environs, on peut utiliser un genre de Force Push et on peut faire des bonds en avant. Les utiliser n'est pas vital pour se sortir de situations périlleuses mais rend le jeu nettement plus jouissif et nerveux. On peut ainsi foncer d'un ennemi à l'autre pour les aligner à bout portant à coups de shotgun ou sauter d'un promontoir et anéantir une escouade entière en atterrissant.



En tuant des ennemis, on fait grimper sa jauge d'overdrive. Une fois cette dernière pleine, on peut passer dans un état de transe dans lequel on bouge plus vite, on récupère de la vie et on cogne encore plus fort. Les couleurs deviennent saturées et tirent sur le violet afin de renforcer l'effet "gros psycho invincible qui tue tout le monde". Ca tombe bien il y a du monde à l'écran. Les ennemis ne sont pas très malins mais relativement nombreux et assez résistants afin de pousser à l'utilisation des pouvoirs et/ou du décor. En plus les armes ont de la patate et les ennemis volent sous le coup des balles.

Le jeu ne se prend pas beaucoup au sérieux. Les ennemis parlent entre eux en attendant de se faire trucider. Ce n'est pas du Audiard mais c'est bien débile. Le champ de vision m'a paru assez étriqué et j'espère que la version PC permettra de changer les réglages. La démo se finissait un peu abruptement, était vraiment courte et ne comportait pas de phase en véhicule. On se demande si l'ouverture au grand public n'a pas poussé les gros éditeurs à raccourcir la taille des démos pour faire passer plus de monde.



Mais du coup, on a encore plein de questions sans réponse. On sait que le jeu comportera des environnements variés (désert, jungle, montagnes, forêts...), qu'il y aura de nombreux véhicules différents et des convois à attaquer et qu'on pourra faire des courses. Mais c'est à peu près tout.

Rage 2 ne va pas révolutionner le genre. id fait du id et Avalanche devrait faire de l'Avalanche. Mais du peu qu'on a vu, ils le font bien. C'est nerveux, bourrin et esthétiquement très réussi. Reste à savoir si la formule va tenir la longueur.
Rechercher sur Factornews