Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
PREVIEW

[E3 2017] Premiers duels dans Nidhogg 2

Joule par Joule,  email  @j0ule  
 
Avec son principe de duel et ses graphs minimalistes plutôt moches, Nidhogg avait quand même réussi à faire son petit trou dans le milieu indé grâce à son gameplay d’escrime facile à apprendre mais difficile à maîtriser. Sa suite, prévue pour cet été sur PC et PS4, reste dans le même crédo du graph moche et du gameplay simpliste.
On reprend donc le principe de duel frénétique où il faut occire son adversaire pour gagner du terrain jusqu’à l’acculer et gagner la partie. Plus travaillés, les graphismes sont d’un genre… différent. Les personnages ont désormais un vrai look, parfois pour le meilleur mais souvent pour le pire. Le fait que l’on puisse choisir parmis plusieurs persos avec une foule d’options de customisation devrait tout de même permettre de contrôler un combattant qui ressemble vaguement à quelque chose.
 
Ceci dit, là où le premier faisait très jeu de game jam, Nidhogg 2 s’étoffe un peu plus. On peut désormais combattre dans 10 arènes différentes, que l’on peut agrémenter de mods tel que le changement de gravité, par exemple. Il y a également plusieurs types d’armes bien différentes : l’épée fait son retour bien évidemment, mais on a désormais droit à un arc, un poignard et une hache. On peut toujours balancer son arme sur l’adversaire, et continuer le combat à mains nues tant qu’on ne ramasse pas une des armes qui jonchent le sol. Le reste du principe de duels immédiats avec garde basse, haute et basique ne change pas, même si l'on apprécie quelques finish moves du plus bel effet.
 
Nidhogg était super mais moche. Nidhogg 2 devrait être encore mieux, tout en étant encore plus moche. Bel exploit.
Rechercher sur Factornews