Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
ARTICLE

L'arcade est mort ! Vive l'arcade !

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
Dans les années 80, les salles d'arcade proposaient une expérience de jeu largement supérieure à celle proposée par les consoles de salon. Mais les choses ont changé dans les années 90 avec les consoles 16 puis 32 bits. Les versions console de jeux comme Street Fighter 2 ou Ridge Racer ont rendu les salles d'arcade obsolètes. Une poignée de "La Tête Dans Les Nuages" ont survécu en France mais la plupart des salles ont fermé leurs portes.

Aux US, deux chaînes de salles d'arcade ont survécu et même prospéré : Chuck E. Cheese (fondé par le papa d'Atari, Nolan Bushnell) et Dave & Buster's. Il faut dire qu'elles offrent plus que du jeu vidéo. Chuck E. Cheese est aussi un restau familial avec pizzas et coca tandis que Dave & Buster's a une partie bar de sport avec bières, chaînes de sport et burgers. Dans les deux cas, le concept est le même : l'aspect social de l'endroit attire du monde et les bornes sont là pour leur soutirer des piécettes supplémentaires.
Du coup, le concept a commencé à être décliné et particulièrement à Los Angeles, ma ville adoptive depuis près de 9 ans. Il faut dire que LA est la cible parfaite. Elle comporte plus d'un demi-million de trentenaires nostalgiques qui n'ont pas assez d'argent pour partir en vacances mais suffisamment pour quelques parties d'arcade et beaucoup d'alcool. Deux salles ont ouvert ces dernières années. EightyTwo propose uniquement des bornes et des flippers rétro ainsi qu'un bar bien fourni en whisky, un DJ qui passe de la musique trop fort et une terrasse pour les fumeurs le tout en plein quartier des artistes. Button Mash est une version un peu plus classe de ce dernier avec une partie restau et est installé en plein quartier hipster.



Les deux autres nouveautés de ces cinq dernières années sont l'arrivée des escape games (je ne vais pas expliquer le concept, demandez à votre voisin et allez tester. C'est très marrant !) et des salles d'arcade VR où les bornes traditionnelles sont remplacées par des PCs et des casques de réalité virtuelle (The Void, IMAX VR...). La synthèse de tout cela s'appelle Two Bit Circus et vient d'ouvrir ses portes le week-end dernier. Ma famille étant de passage, j'ai emmené tout ce petit monde y faire un tour. "Mais CBL on s'en fout de ta vie." Peut-être. Mais si Two Bit Circus a du succès, il y a de fortes chances que le concept arrive en France.

Derrière Two Bit Circus se trouve un certain Brent Bushnell, le fils de Nolan. L'idée était de proposer un micro-parc d'attractions fondé sur le même concept que Chuck E. Cheese / Dave & Buster's. Lui et son équipe ont donc commencé par trouver un entrepôt au milieu de nulle part dans la zone industrielle de Los Angeles, à deux pas des campements de sans-abri. Puis ils l'ont rempli de tout ce qu'ils aiment. Two Bit Circus est donc divisé en différentes zones.



Midway est dédié aux jeux ayant une composante physique. Il y a quatre bornes de Skee-Ball (un classique de l'arcade ricain), un jeu très rigolo dans lequel on détruit un immeuble en lançant une boule de démolition, un jeu dans lequel 4 joueurs font rouler des trackballs géants pour pousser les joueurs hors du terrain, une course de trains dans lequel il faut pomper en rythme pour aller plus vite et un genre de Candy Crush dans lequel on fait péter des ballons en balançant dessus des balles en plastique de la même couleur. Tout est très bien pensé et défoulant à souhait.

The Arcade comporte un choix de bornes d'arcade intéressant principalement pensées pour être jouées à 4 voir plus. Il y a le classique Pac-Man Battle Royale ainsi que du air hockey très chaotique à 4 joueurs. Mais il y a aussi deux bornes Polycade qui permettent de jouer à 4 à des jeux indies comme Death Squared ou Hidden In Plain Sight. L'intention est louable mais on a quelques doutes sur le choix des jeux pour les non-initiés. Il faudrait plutôt proposer des jeux plus typés arcade (Stick Fight, Nidhogg,...) histoire de garder la notion de plaisir immédiat.



Il y a aussi quelques exclus Two Bit Circus comme un genre de TowerFall qui se joue à 10 sur deux bornes côte à côte et Hexacade, qui se joue à six sur une borne cocktail et qui propose une série de mini-jeux super rigolos avec des graphismes minimalistes. Deux bornes sont recouvertes de boutons physiques rouges et bleus et proposent un jeu qui consiste à appuyer en même temps sur les boutons de sa couleur quand ils s'allument. Ca se joue à deux et c'est bien marrant car rapidement il y a plus de deux boutons donc les mains ne suffisent plus. Il y aussi un jeu qui utilise Kinect dans lequel on doit prendre des poses pour casser des briques. Enfin il y a deux flippers et les éternels Street Fighter 2 : Champion Edition et Ms. Pac-Man.

La partie VR de Two Bit Circus est bien fournie et permet à une dizaine de joueurs en même temps de s'essayer au HTC Vive. Il y a aussi 4 stations assises et le simulateur d'oiseau Birdly. Ayant accès à la majorité des casques de VR, je n'ai pas testé les différents jeux proposés mais il me semble qu'on les trouve tous sur Steam. J'ai juste testé Birdly. On se couche sur une genre de croix, on met le casque et on se retrouve dans la peau d'un aigle qui vole au-dessus de New York. On peut battre des ailes et s'orienter en bougeant les bras et le corps. Un ventilo simule le vent. C'est assez planant comme expérience mais l'absence de gameplay rend le tout sacrément limité.



Pour payer tout cela, le système est le même que pour Dave & Buster, On recharge une carte à puce en achetant des bits avec des sous réels et on paye les différentes bornes avec la carte. Les prix pour Midway et The Arcade sont très corrects et permettent de jouer longtemps sans se ruiner. Pour la VR par contre, c'est $10 minimum la partie. Two Bit Circus compte aussi un bar complet aux prix prohibitifs et un stand de bouffe correct si vous aimez les trucs gras et sucrés. Mais ce n'est pas tout. Il y a aussi des salles de jeux privées qui se louent à l'heure et trois escape games. Plus tard il y aura aussi une salle de 100 places chacune comportant une tablette et permettant de jouer à des quiz géants avec un présentateur dans lesquels on sera à la fois le participant et le spectateur.

Bushnell et son équipe veulent accueillir tout ce que LA compte comme développeurs indies, agences de com', artistes... pour créer une sorte de grande kermesse numérique. Cela tombe bien : Two Bit Circus est pour l'instant un peu vide. Même si les divertissements proposés sont variés, chaque genre (physique, escape room, VR, arcade classique) ne dispose que de quelques bornes/salles. Et l'entrepôt est loin d'être rempli. Pour autant, j'ai passé un excellent moment lors de ma visite. Il faut dire que j'étais avec ma famille, qu'il n'y avait personne (on entre pour l'instant que sur invitation) et que pour $25 de bits achetés, on en obtenait le double. Mais quand Two Bit Circus ouvrira pour de bon, j'ai un peu peur que les bornes seront prises d'assaut tandis que les files d'attente pour les escape rooms et la VR seront interminables. Accessoirement, j'espère que les organisateurs ont une solution pour le parking car c'était la misère.

Two Bit Circus tente de ratisser large en proposant tout ce qui fait plaisir aux petits et grands enfants de ce monde : des bornes d'arcade, des défouloirs, des jeux immersifs et des jeux sociaux le tout saupoudré de sandwichs gras et d'alcool. C'est fort divertissant mais pas encore assez riche pour devenir un incontournable du Grand Nulle Part. Les plus geeks risquent peut être de se tourner vers des endroits plus petits et plus ciblés comme les cafés-jeux de société et les salles de jeu en réseau. Ces dernières font un grand retour grâce à la montée de l'e-sport (elles permettent à une équipe entière de s'entraîner ensemble facilement).
Rechercher sur Factornews