Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ARTICLE

E3 : Premières rotations de la Planet Alpha

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
La deuxième étape chez Team17 était un jeu danois développé sous Unreal Engine 4 : Planet Alpha. On joue le rôle d'un explorateur qui se retrouve sur une planète mystérieuse.

Si les choses se passent bien au début, il se retrouve traqué par des robots qui envahissent la planète. D'où viennent-ils ? Que veulent-ils ? Mais que fait la police ? Planet Alpha est-il un jeu de plateforme/puzzle de plus ? Si je remplace le sable d'un sablier par du sang, le résultat s'appelle-t-il un sanglier ?
Planet Alpha a été créé avant tout par des artistes et cela se sent. Le héros du jeu est tout petit à l'écran histoire qu'on puisse admirer les avants-plans et les arrières-plans. Si on débute le jeu dans le désert, on arrive rapidement au milieu d'une végétation luxuriante. La DA est onirique et appelle à la contemplation. Malgré l'aspect très détaillé de l'ensemble, certains éléments du décors utilisent très peu de polygones qui sont bien visible (un genre de faux flat shading). Le résultat est parfois un poil trop flashy et fouilli mais en met plein la vue.

Au niveau gameplay, Planet Alpha est assez basique. C'est de la plateforme 2.5D avec quelques puzzles et un peu d'infiltration. On escalade du lière, on pousse des blocs pour atteindre des zones trop hautes, on se planque dans les hautes herbes pour éviter de se faire tirer dessus par les robots... Les controles répondent bien et il y a pas mal de flottement dans les sauts histoire d'aider le joueurs à ne pas les rater. Si on meurt, on réapparait un ou deux écrans plus tôt.



L'originalité est la possibilité de controler la rotation de la planète entière et donc le cycle jour/nuit. L'idée est que certains êvènements ne se déclenchent qu'à une certaine heure. Visuellement c'est bluffant mais on ne peut pas le faire qu'à certains endroits afin de résoudre des puzzles. En tout cas c'était le cas pendant les 30 minutes de ma session de jeu. Du coup c'était plus un gimmick qu'autre chose.

Ne vous attendez pas à des puzzles super tordus ou à de la plateforme masochiste pour Planet Alpha. C'est plus le genre de jeu auquel on joue posé après avoir allumé un joint et pendant lequel on martèle la touche F12 pour prendre des captures d'écran. Le jeu sortira cet automne sur PC, PS4, XO et SW.
Rechercher sur Factornews