Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
ARTICLE

Découverte vidéo : Devil May Cry 5: Special Edition (PS5)

billou95 par billou95,  email  @billou_95
Un an et demi après le grand retour du déluge d'action à la Capcom, Nero, Dante et Kylo Re-oh pardon V reviennent dans une ressortie de Devil May Cry 5 sous-titrée Special Edition. Une nouvelle version qui offre, outre du contenu supplémentaire et un mode "Turbo" plus ou moins accessoire un travail nécessaire sur la technique pour en faire l'un des mètres étalons des Xbox Cerises et PS5. C'est surtout l'occasion pour l'éditeur japonais de nous faire repasser à la caisse, puisque cette édition spéciale n'est pas une mise à jour cross-gen. En tout cas nous on a passé une grosse après-midi sur la bête pour justement tester son ray tracing et son framerate débloqué.
En ce qui concerne le nombre d'options graphiques disponibles, DMC 5 SE nous permet de jongler entre les modes pour voir presque en temps réel la différence. On peut ainsi désactiver complètement le ray tracing et laisser tourner le jeu en 4k natif, l'activer en mode "Qualité" pour tenter de s'approcher autant que possible du 4k tout en profiter d'une bonne qualité graphique générale. Enfin, on peut passer en mode "Performances" qui tourne en 1080p fixe, mais offre tout de même du ray tracing et un framerate élevé. De plus, une option supplémentaire permet d'activer le 120hz sur les téléviseurs équipés (comme notre Sony KD-55XH9005 de 2020). Après plusieurs tests, il est clair que le mode privilégiant les performances est plus que conseillé. Malgré une baisse évidente de résolution, le jeu reste parfaitement lisible sur une TV 55" et le gain de qualité graphique est non-négligeable.

Le mode ray tracing "Qualité" lui a du mal à maintenir les 60 images par secondes. Dans les faits on est plus entre 30 et 60 et ces baisses régulières de framerate sont assez désagréable manette en main dans un jeu nerveux comme Devil May Cry. Le gain de netteté à l'écran est à peine perceptible (encore moins sur le stream en fin d'article). Enfin, l'activation du mode 120hz permet de gagner encore plus en fluidité, à condition d'avoir l'équipement adéquat. Pour revenir à son contenu, la Special Edition nous permet de jouer avec Vergil, combattant multifacettes qui peut invoquer son clone pour l'aider au combat. Par contre on regrette que jouer la campagne avec ce personnage se fasse au détriment de toute la partie narrative, le jeu enchaînant les missions sans leurs scènes cinématiques. L'autre ajout de cette version, c'est le mode de difficulté "Chevalier Sombre Légendaire" qui transforme DMC en un véritable muso avec des hordes d'ennemis à combattre dans chaque arène originale.

On terminera en parlant rapidement des chargements... qui sont quasi-inexistants. On a enfin les performances d'une version PC dans nos consoles. Voilà donc ce qu'on pouvait dire sur ce Devil May Cry 5 Special Edition, une mise à jour forcément indispensable si vous n'y avez pas encore joué ou si vous souhaitez épater la galerie avec votre nouveau matos. Reste qu'à 40 euros le ravalement de façade, pas sûr qu'il soit justifié pour ceux qui l'ont déjà poncé à sa sortie. On vous laisse avec le replay de notre stream découverte à voir ou revoir ci-dessous.

Rechercher sur Factornews