Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Yes we Cain

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
C'est une news légèrement hors sujet mais c'est tellement surréaliste qu'il faut que vous en profitiez. Depuis plus de six mois, une guerre civile a lieu au parti Républicain aux US. L'issue de cette guerre sera les primaires qui décideront quel candidat ira affronter Obama en 2012. Les prétendants sont tous des guignols aux multiples tares qui feraient passer Frédéric Lefebvre pour un politicien hors pair. L'un d'entres eux s'appelle Herman Cain et il vient de jeter l'éponge suite à des affaires de coucheries/harcèlements sexuels.

Là n'est pas la question. Le bonhomme ne joue pas aux jeux vidéo mais tout porte à croire le contraire. Tout a commencé quand il annoncé sa grande réforme fiscale. Il a proposé de tout simplifier autour de trois taxes : 9% d’impôts pour les entreprises, 9% d'impots sur le revenu et une TVA de 9%. Les médias ont rapidement trouvé d'où venait ce 9-9-9 : c'est le plan fiscal de base de SimCity. Hermain Cain a nié en bloc s'être inspiré du jeu et a déclaré que ça venait de son conseiller financier. Il a proposé 8,75% pour chaque et il a arrondi à 9.

Soit. Mais le Cain est du genre à fond dans la déconne mais pas trop. Depuis plusieurs années, il cite la phrase suivante : "Life can be a challenge, life can seem impossible, but it's never easy when there's so much on the line." Il l'a cité plusieurs fois durant la campagne. A chaque fois, il disait qu'elle venait d'un poète sans préciser lequel. On a fini par trouver lequel : c'est Donna Summers et c'est un morceau de la BO du film Pokémon sorti en 2000. Herman l'a entendue une fois durant un montage d'NBC sur les JO de 2000 et c'est resté. On a fini par lui dire d'où ça venait mais il a continué et cité les mêmes mots pour son discours de fin de campagne.

Attrape les tous, Herman. Attrape les tous.