Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

WII-A

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
Pour nous présenter ses nouvelles licences sur Wii et DS, EA nous a conviés dans un showroom parisien. Il y avait quelques bornes de Sim City DS et d'autres d'Harry Potter et l'Ordre du Phénix mais l'essentiel de l'assistance était surtout venue pour les présentations de Boogie dans une ambiance boîte de nuit et de MySims sur une télé HD mal réglée.

Boogie

Boogie combine les deux nouvelles directions que veut prendre EA : lancer des nouvelles licences et développer un peu plus sur Wii. C'est le vice-président et directeur du studio de Montréal en personne, Alain Tascan, qui est venu pour nous présenter le jeu qui vous fera peut-être bouger en rythme à la rentrée. Développé depuis décembre, le jeu a bénéficié de gros moyens comme en atteste la partie graphique : le chara design est charmant, c'est plein de couleurs et surtout le jeu est magnifique. Les décors sont splendides, les textures sont fines, les modèles 3D bien ronds et l'aliasing se fait discret. Les screenshots ne rendent vraiment pas hommage au jeu et notamment aux animations des différents personnages.

Boogie, c'est la fusion de Para Para Paradise (un jeu de danse où on bouge les bras) et de Singstar. Une fois le perso choisi, on peut le customiser et faire les différents défis du mode histoire pour débloquer des nouvelles musiques. Pour la partie danse, il faut bouger la wiimote en rythme sans indication à l'écran mis à part quelques combos. On bouge les bras dans tous les sens pour faire des points et le personnage danse en conséquence. C'est assez déroutant au départ et surprenant pour un jeu musical, le genre étant d'habitude facile d'accès. Plus on fait le même mouvement et plus le nombre de points associés baisse ce qui oblige à varier ses actions et à véritablement danser comme un guignol devant l'écran. Comme dans Samba de Amigo, il faut parfois prendre des poses particulières en suivant les indications données par des cibles. Le jeu semble assez amusant mais il faudra probablement un temps d'adaptation et suivre les différents tutoriaux.

La partie karaoké est beaucoup plus classique. L'interface ressemble énormément à SingStar et indique si on chante juste ou faux. Un mode d'assistance vocale est disponible pour les grands timides, qui remplace la voix du joueur par celle du chanteur. On a ainsi pu assister à un grand moment avec un vice-président d'EA qui nous a interprété Don't Cha des Pussycat Dolls. Chose étrange : il est impossible de chanter à deux en même temps. Par contre, un joueur peut tenir le micro pendant que l'autre peut danser. Si vous êtes satisfait de votre prestation, il est possible de l'enregistrer et de la monter comme un clip en rajoutant une panoplie d'effets sympathiques.
Le jeu comportera une quarantaine de chansons connues allant des années 60 à nos jours et en écoutant « One More Time » des Daft Punks, il semble que toutes ne soient pas des versions originales. Les possiblités online brillent par leur absence. Alain Tascan a souvent parlé de « prochaines versions » ce qui laisse augurer d'une ou plusieurs suites voire d'un portage sur les autres consoles. Le jeu devrait sortir en septembre.

MySims

MySims a laissé une impression assez mitigée. Au départ, on pense à une version de The Sims pour les mômes : chara design enfantin, textures simples… Mêmes les relations amoureuses pourtant assez soft dans cette série ont encore été « refroidies ». Les MySims ne font pas d'enfants et ne se font que des pudiques bisous à distance… On pense aussi à un Animal Crossing qui serait passé dans la moulinette d'EA. Heureusement le jeu semble un poil plus complexe.

Ils ont inclus une petite partie gestion où le joueur doit attirer de nouveaux habitants et de nouveaux métiers dans son village en modelant ce dernier pour convenir aux désirs des arrivants. Pour cela, une interface très simple permet de construire ses maisons en quelques coups de wiimote. On choisit le nombre d'étages et la taille de ces derniers, on ajoute des fenêtres et des portes, on change la couleur des murs et du toit…

Graphiquement, il reste encore beaucoup à faire. Après Boogie, le choc était encore plus grand. Assez dépouillé, l'ensemble n'a même pas le côté « propre » des productions Nintendo et le monde n'a pas l'air très vaste. Une version DS est aussi prévue et devrait être sensiblement la même.
Rechercher sur Factornews