Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

What is your Quest? To seek the Virtual Holy Grail!

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
La réalité virtuelle se porte relativement bien. Ce n'est pas le carton monumental que prévoyait les analystes à la noix mais ce n'est pas non plus le four annoncé. On compte environ 3 millions de PS VR, 2 millions d'Oculus Rift et 1,5 million de HTC Vive. La gamme Windows Mixed Reality a par contre fait un bide au point qu'on peut trouver des combo casque+manettes à moins de 200 euros.

C'est pourtant une excellente solution mais Microsoft a eu la bonne idée de s'associer avec SIX constructeurs qui ont tous sorti leur propre casque en même temps. Microsoft aurait mieux fait de choisir un seul partenaire voir de produire son propre matos. Mais tout cela reste des solutions haut de gamme demandant un investissement conséquent, au minimum 700 euros pour un PS VR complet (casque + caméra + PS Moves + PS4) et au minimum 1000 euros pour un PC supportant la VR et un casque.

De gauche à droite : Oculus Go, HTC Vive Focus, Lenovo Mirage Solo

Le Daydream et le GearVR n'ont jamais vraiment décollé. Ce sont des solutions peu pratiques, assez limitées et qui nécessitent un téléphone Android haut de gamme. Du coup les constructeurs ont commencé à bosser sur des casques milieu de gamme autonomes qui ne nécessitent ni PC ni téléphone. HTC a lancé cette année le Vive Focus en Chine et Lenovo a lancé le Mirage Solo aux US. Dans les deux cas, les specs sont assez similaires mis à part une résolution plus élevée pour le Focus (3200x1440 contre 2560x1440 pour le Solo).

Dans les deux cas, les casques crachent du 75Hz, tournent avec un Snapdraon 835 et sont vendus avec un genre de Wiimote. Deux caméras installées sur le casque permettent de suivre la position du joueur dans l'espace (comme ce que font les casques Windows Mixed Reality) mais cantonnent le joueur dans une zone de jeu restreinte. Accessoirement, le gameplay est limité par les possibilités de la wiimote et l'absence de suivi de position de cette dernière.

L'Oculus Quest et ses deux manettes

Oculus s'est aussi lancé dans le casque autonome tout d'abord avec le Go. Vendu $200 avec aussi un genre de wiimote, il ne propose que le suivi de l'orientation (pas de suivi de la position) et du matos bas de gamme (Snapdragon 821). C'est le casque parfait pour des vidéos à 360 degrés et des petits jeux mais paradoxalement il est plein de bonnnes idées. Par exemple il ne nécessite pas de brancher des écouteurs grâce à deux hauts-parleurs installés directement dans le casque au niveau des oreilles.

Oculus a présenté récemment l'Oculus Quest. Comme le Focus et le Solo, c'est un casque autonome avec suivi de la position et qui embarque un Snapdragon 835. Mais contrairement à ses concurrents, il permet de faire du vrai room scale comme le HTC Vive et sera vendu avec deux manettes à détection de mouvements (position et rotation) similaires aux Oculus Touch. Du coup les développeurs pourront porter des jeux comme The Climb, Robo Recall ou Superhot VR. Il y aura même un jeu Star Wars qui sera une exclu Quest : Vader Immortal.



Ils ne pourront pas porter tous les jeux. Le Snapdragon 835 a été annoncé début 2017 et ne fait pas le poid face aux GPUs PC même bas de gamme. John Carmack a annoncé des performances similaires en terme de GPU et CPU à la précédente génération de consoles. Mais alors que la PS3 et la 360 rendaient la plupart des jeux en 720p (et parfois moins), le Quest crache du 3200x1440@72Hz. Heureusement pour les développeurs, le Quest embarque du foveated rendering qui permet de rendre à pleine résolution ce que est au centre du champ de vision et à une qualité diminuée ce qui est en périphérie du champ de vision.

L'Oculus Quest sortira au printemps à $400. Selon Oculus, c'est la première console de salon VR. Les retours de ceux qui ont pu le tester durant la conférence Oculus Connect sont bons et confirment que le casque offre une expérience VR haut de gamme sans avoir le moindre fil à la patte.

Rechercher sur Factornews