Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Vitor transforme l'SA

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
Un des avantages des anciennes consoles à cartouche est la possibilité d'ajouter du matos directement sur la cartouche afin de booster les performances de la console et/ou de permettre des choses impossibles. C'est impossible de nos jours : j'ai beau utiliser la puce 5G dans le vaccin contre le Covid, je n'arrive pas à télécharger de la RAM. Trois tonnes de puces ont été créées pour la Super NES.

La plus connue est le Super FX qui rend possible des jeux comme Star Fox ou Yoshi's Island mais a finalement été peu utilisée. La Super Accelerator 1 (SA1) était beaucoup plus courante et se trouvait sur les cartouches de jeux comme Super Mario RPG ou Kirby Super Star. Introduite en 1996 soit en fin de vie de la console, elle offrait un sérieux coup de boost : c'était un CPU à part entière tournant à 10,74 MHz, soit exactement trois fois la fréquence d'horloge du CPU interne de la SNES.

Au début, des puces rendaient les jeux difficiles à émuler car les développeurs devaient répliquer leur fonctionnement en plus de celui de la SNES. Mais le temps a passé et les développeurs ont désormais une connaissance hors pair du matos exotique de la SNES à tel point qu'ils sont désormais capables d'ajouter le support de ces puces pour les jeux non prévus pour.

Vitor Vilela, un développeur brésilien, a créé des patchs pour Contra III (Super Probotector chez nous), Gradius III et Super R-Type permettant à ces jeux d'utiliser le SA1. Les jeux en questions sont célèbres pour ramer dans certains passages car le pauvre CPU de base de la SNES ne suit pas. Une fois le patch appliqué, ils tournent à fond les ballons. Encore plus fort : si vous avez une cartouche SNES vierge avec un SA1, vous pouvez la flasher avec les ROMs patchés en question et ils tourneront sur une vraie console. Vous n'avez donc plus d'excuse pour finir les jeux en question à part celle d'être mauvais bien entendu.
Rechercher sur Factornews