Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

[Unplugged] Small World Realms, le monde tourne fou

ClémentXVII par ClémentXVII,  email  @ClementXVII
 
Si vous suivez un tant soit peu l'actualité des jeux de plateau, vous avez certainement déjà entendu parler de Small World. Sorti en 2009, ce jeu a déjà eu droit à son lot d'extensions en tout genres (oserai-je parler de DLC pour un jeu de plateau?), ainsi qu'une version Underground du jeu dont on vous a parlé l'an dernier.

Si l'on en reparle aujourd'hui, c'est à l'occasion de la sortie de Small World Realms, une extension "éditeur de niveaux" qui devrait ravir les amateurs du jeu.

De bello Parvo Mundo

Récapitulons. Créé en 2009 par Philippe Keyaerts, Small World vous propose de conquérir un max de territoires pour récupérer un max de points, avec un peuple possédant un pouvoir spécial. Au début du jeu, on forme une pioche avec les peuples (Mages, Tritons,...), une autre avec les pouvoirs spéciaux (Alchimistes, Pillards,...), puis les cinq premiers sont combinés et on peut dès lors choisir comme peuple des "Nains Volants", des "Orcs Pacifiques" voire même des "Géants Montés".

Conquérir un territoire, c'est très simple : on compte le nombre de p'tits jetons en carton qui se trouvent sur la case de destination, on ajoute deux, et on obtient le nombre de pions peuple nécessaire à la capture de la zone. En cas de capture réussie, un pion de l'adversaire retourne dans la boîte, mais il récupère les autres. A tout moment, on peut décider de changer de peuple (par exemple, quand il ne nous en reste plus assez pour continuer à s'étendre). On passe son tour, retourne ses pions existants face "déclin", et au tour suivant on pourra choisir un peuple plus intéressant.


Plus on est de fous, plus on risque

Comme dit plus haut, Small World est un jeu sympa, dynamique, dont les parties durent entre 60 et 90 minutes en fonction des joueurs. Small World Realms, qui vient de sortir, est une extension qui se distingue des extensions précédentes, car plutôt que de proposer de nouveaux peuples et/ou pouvoirs, celle-ci n'en contient aucun. En revanche, elle contient 26 tuiles "géomorphiques" (c'est Days of Wonder qui le dit) quelques Reliques Rustiques et Lieux Légendaires, des tunnels, des montagnes et des pics.

Véritable boîte à outils, cette extension est compatible avec les deux grosses boîtes (Small World et Underground), les tuiles géomorphiques étant recto-verso. Elle contient en plus un livret avec 12 scénarios, ainsi que les conseils pour créér vos propres scénarios. Faites une carte trop grande et on s'ennuie, une carte trop petite et c'est plus drôle. Ils conseillent par exemple d'avoir neuf régions habitables par joueur.

Mon farfadet pour un Royaume

Les scénarios présentés dans le bouquin font preuve de pas mal d'originalité. La plupart utilisent les règles des rivières présentes dans Small World Underground (pour traverser une zone d'eau, on place un pion peuple dedans, que l'on récupère à la fin de la phase conquête), ce qui donne lieu à des scénarios intéressants. Il y a par exemple Go East, où deux grandes zones de terre sont séparées par une rivière qui coule du Nord au Sud. Des mines rapportant un point de victoire supplémentaire se trouvent à l'extrémité Est de la carte, et les nouveaux peuples entrent par les zones se trouvant à l'Ouest... Ou alors, Le Trône Rouillé : ce Trône tant convoité se trouve sur un pic au centre de l'île centrale de la carte. Ce pic est bordé de quatre régions. Quiconque contrôle le Trône reçoit un point de victoire de chaque peuple présent sur une région adjacente. Pangea propose des glissements de terrains : lors de son tour, un joueur qui le désire peut faire glisser une des tuiles territoires vers un nouvel endroit de la carte (uniquement les tuiles qui se trouvent au bord de la carte), ce qui peut amener des débarquements surprises sur les bords ! Certains scénarios mélangent d'ailleurs les tuiles de Small World et de Small World Underground, mais il faut pour cela posséder les deux boîtes de base.

Vous l'aurez compris, j'aime déjà énormément Small World, mais avec Small World Realms, Philippe Keyaerts s'est surpassé en proposant une extension versatile, apportant un regard neuf sur le jeu. Pour profiter pleinement de Realms, il est conseillé de posséder Small World premier du nom. Les scénarios uniquement compatibles avec Underground sont au nombre de trois, bien qu'il soit possible d'adapter les scénarios de Small World en utilisant les règles de compatibilité décrites dans les règles.

Après quelques parties de Small World Realms, il est clair que cette extension a été bien pensées. Les tuiles contiennent chacune trois régions, les cases montagne épousent parfaitement la forme des régions, ce qui fait qu'on peut les superposer sans soucis. Les pics sont une bonne idée : de la même forme, mais un peu plus petit qu'une montagne, ils se mettent par-dessus, ce qui en fait une région plus difficile à conquérir, mais ayant une bonne défense. Le seul regret est la police utilisée pour les tuiles. Chaque tuile est numérotée de A à Z (je sais). Seulement, il n'est pas toujours évident de différencier la tuile V de la tuile Y, ainsi que N et U. Dommage.

Small World Realms devrait être disponible à l'heure qu'il est dans les meilleures boutiques, pour environ 33 EUR.
N'ayant pas de photos du jeu, je les ai piquées à BoardGameGeek.
Rechercher sur Factornews