Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

True Crime ne passera pas 2014

Marc par Marc,  email  @_Armc
 
En 2001, Rockstar faisait entrer son Grand Theft Auto dans l'ère de la 3D et par la même occasion offrait à sa franchise politiquement incorrecte son ticket d'entrée au panthéon du jeu vidéo en créant un genre : le GTA-like. Des millions d'exemplaires furent écoulés, ce qui ne tarda pas d'aiguiser les appétits de la concurrence. Notamment celui d'Activision qui, en 2003, tenta de se faire une petite place au soleil, tout en ayant l'ambition de croquer à pleine dent dans ce juteux gâteau. En naquit True Crime: Streets of L.A, sous la houlette du studio Luxoflux/Aspyr, qui proposait au joueur, à contrario de son illustre pair, d'incarner un flic chargé de pacifier la Cité des anges.

Un pari audacieux, mais néanmoins remporté puisque ce premier opus s'écoula à quelque 5 millions d'exemplaires dans le monde, augurant en bel avenir pour cette nouvelle licence. Deux ans plus tard rebelote, le studio accoucha d'un second opus sobrement baptisé True Crime: New York City.  Basculant son action sur la côte est, tout en gardant la même recette que son prédécesseur, ce 2eme volet offrit la possibilité d'incarner un bon flic ou un ripou, tel un Vic Mackey façon east coast. L'itération de trop ? Peut-être, puisque le titre reçut un accueil médiocre de la part de la presse et essuya un chiffre de ventes plutôt famélique d'à peine 1 million d'exemplaires. Il n'en fallut pas moins pour qu'Activsion, désormais Activison Blizzard, mette sa licence au placard tout en pensant, un jour, la ressortir en soufflant la poussière qui ce serait accumulée dessus.

Ce scénario faillit se produire, puisqu'un troisième opus se déroulant à Hong Kong devait voir le jour. Cependant en 2011, l'éditeur américain abandonna brutalement le projet, alors que son développement était déjà bien entamé. C'est alors Square Enix qui reprit le flambeau en l'affublant d'un nouveau nom : Sleeping Dogs, paru en 2012.  Pour True Crime, l'histoire s'arrête ici puisque l'éditeur a annoncé, il y a quelques jours, abandonner purement et simplement la marque et donc les droits de True Crime. Dans une notice du 19 décembre, l'office américain du dépôt des marques annonce que le demandeur n'a pas renouvellé, ou déposé de demande, pour le renouvellement de sa licence. Abandonnée sur le côté de la route, celle-ci trouvera peut être une suite avec un autre éditeur, mais pas avec Activision.
Rechercher sur Factornews