Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Tekken, le survivant de la 3D, déboule en juin

miniblob par miniblob,  email  @ptiblob
 
On ne va pas se voiler la face, la baston en 3D n'a plus vraiment la cote ces derniers temps. La série des Dead or Alive fait davantage parler d'elle pour ses batifolages pélagiques que pour ses coups de tatane, et le dernier SoulCalibur en date est un free to play qui n'a pas franchement fait long feu sur PS3... Reste alors à la licence Tekken la lourde charge de soutenir ce genre tout entier puisqu'elle revient avec un septième épisode canonique le 2 juin prochain sur PC, PS4 et Xbox One.


En réalité, ce fameux Tekken 7 est déjà arrivé depuis près de deux ans dans les salles d'arcade japonaises, mais cette version de salon s'annonce bien entendu plus riche et mieux équilibrée. Parmi les ajouts, on compte forcément un mode Histoire et un mode online, mais aussi une foule de DLC en prévision dont des costumes, des perso, des niveaux, un nouveau mode de jeu, et bien entendu le désormais traditionnel saison pass pour les acheter les yeux fermés. Histoire d’être complet, on peut aussi préciser que les précommandes numériques donneront accès au personnage d'Eliza sur tous les supports et que les joueurs Xbox One auront droit en plus à une version de Tekken 6 rétrocompatible.



Vous vous dites que la série n'est destinée qu'aux experts capables d’enchaîner les juggles ou aux bourrins qui appuient sur tous les boutons en même temps ? Détrompez-vous, si on en croit la dernière bande-annonce, la vraie richesse des Tekken tient à son scénario. On savait déjà que la licence tenait une place particulière dans le cœur des amateurs de pandas boxeurs, elle joue aussi la carte de l'émotion et des larmes en mettant une nouvelle fois en scène des relations père/fils conflictuelles. On se doutait que Kazuya n'avait pas eu une enfance facile, on sait désormais que Heihachi éprouvait des remords en lui filant des beignes... On espère que les auteurs derrière ce psychodrame familial ont fait chauffer les scripts pour nous expliquer ce qu'Akuma vient faire dans cette joyeuse galère.

Rechercher sur Factornews