Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Street dates of rage

Niko par Niko,  email  @nik0tine  
 
Dans la distribution, il y a date de sortie et date de sortie : vous le savez certainement si vous jouez sur consoles, il n'est pas rare que les boutiques vendent les jeux - et en particulier les plus attendus - dès réception de leurs fournisseurs, soit quelques jours avant la street date. A Paris, les boutiques de République sont particulièrement connues pour piétiner allègrement celles-ci depuis des années.

En règle générale, tout le monde s'accomode de la situation : les grandes surfaces s'en foutent ou s'alignent, les boutiques spécialisées s'en servent comme avantage concurrentiel (ou comme appât pour les pré-réservations), et l'éditeur maugrée un peu dans sa barbe, menace parfois d'amende pour le geste, mais ne fait rien.

Sauf que pour la sortie de Fifa 15, Electronic Arts Publishing a montré les dents : il a assigné en référé et fait condamner six sociétés gérantes de boutiques pour avoir vendu le jeu de foot dès le 22 septembre, soit trois jours avant la sortie officielle. Elles avaient en plus eu l'outrecuidance de vendre le jeu moins cher que le prix recommandé (59€ au lieu de 69€) et fait de la publicité sur cette opération commerciale sur les réseaux sociaux. 
Les boutiques sont condamnées collectivement à payer 8000€ et les frais de justice, mais aussi à transmettre leur CA réalisé pendant ces trois jours à EA et à retirer de leurs sites web et boutiques les exemplaires du jeu dont la jaquette "n'est pas rédigée en langue française" -  probablement des imports UK.

On est curieux de voir si cela va constituer un cas isolé, ou si les éditeurs vont intensifier la lutte contre cette pratique. Etrangement, EA n'a pas assigné les hypermarchés Auchan, qui ont eux aussi brisé l'embargo ("en réponse à la concurrence locale") et vendaient le jeu en dessous du prix conseillé (52,90€). Et l'annonçaient sur Facebook.
Rechercher sur Factornews