Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Sortie de la PS4 en Europe : reportage en immersion

Niko par Niko,  email  @nik0tine  
 
Les sommes délirantes ramassées par notre programme Factornews Premium nous permettent désormais d'envoyer des journalistes de terrain en zone de guerre. Ainsi, hier matin, la rédaction de Factornews était, avec une trentaine de personnes, devant une Fnac de province à faire le pied de grue pour récupérer la dernière console de Sony.

L'échantillon représentatif est constitué principalement de mâles, entre 25 et 35 ans, et à part un individu en train de littéralement gratter le rideau métallique pour tenter de rentrer, tout le monde semble assez calme. Dans les bribes de conversations, j'entend un mec réjoui à l'idée de jouer à Knack toute la nuit. Peut-être pas si représentatif, l'échantillon. Une mère de famille, à distance respectueuse du groupe, jette parfois des regards aux grilles puis retourne à sa partie de Candy Crush.

9h30 pile, les employés ouvrent les grilles et notre troupeau se dirige calmement au rayon jeux vidéo (le toulousain-type est plus paisible que le brétignolais). À part ce type qui cours, les doigts en sang, pour arriver en tête. Le vendeur du stand jette un œil à son ordinateur et le félicite : c'était apparemment le premier à avoir réservé la console dans le magasin. Surprise dans l'assistance.

Avant de se mettre au boulot, le vendeur fait un pas en arrière, hausse le ton et déclare à notre intention "Il n'y a pas de consoles en rayons, si vous n'avez pas réservé, vous ne pourrez pas en acheter aujourd'hui". Une dizaine de personnes dépitées quittent la file d'attente. Mme Candy Crush reste, comme quoi il ne faut pas se fier aux clichés.

Je récupère ma console - sans Knack, je tiens à mes heures de sommeil. À la sortie, un type entre deux âges me propose de la racheter à prix coûtant, pour son fils. Je refuse : je ne dois pas me laisser attendrir, le public de Factor a le droit de savoir que Killzone est un FPS pas terrible, rien ne doit arrêter l'information. Cette année, grâce à Factor, le petit Kevin va passer un sale Noël.
Rechercher sur Factornews