Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

PUBG : Tencent le vent tourner

Nicaulas par Nicaulas,  email  @nicaulasfactor
 
Vendre un jeu en Chine, c'est compliqué. Si compliqué que, très souvent, ce sont des entreprises chinoises qui jouent les intermédiaires, maîtrisant mieux les subtilités du marché et la lenteur et la complexité des démarches administratives pour faire approuver son jeu par les autorités. Tencent en a même fait un argument principal lorsqu'ils négocient des accords ou des prises de participations dans des éditeurs occidentaux : "vendez-nous les droits, on s'occupe du reste". Une stratégie qui avait pris du plomb dans l'aile en 2018, quand une réorganisation des administrations chinoises avait gelé les processus de certifications pendant des mois, y compris pour les éditeurs chinois, générant un manque à gagner colossal. Depuis janvier, le travail administratif a repris son cours, mais entre le retard a rattraper et le fait que les éditeurs sont souvent obligés de revoir leurs copies pour obtenir leur coup de tampon, pas mal de jeux sont toujours en attente.

C'est notamment le cas de PUBG. Enfin, c'était : depuis un an et demi, Tencent ne proposait le père des battle royales qu'en version de test sur mobiles, attendant patiemment le droit de le commercialiser. Lassés d'attendre, et probablement inquiets du fait que la vague PUBG soit peut-être en train de passer, ils ont décidé de l'abandonner en rase campagne... pour le remplacer par un autre battle royale intitulé "Game for Peace". Un jeu reprenant beaucoup d'éléments de PUBG, mais conçu comme un hommage à l'armée chinoise, des militaires ayant même servi de conseillers pendant le développement. Une dimension patriotique qui a sans doute facilité son autorisation à la vente, obtenue en avril, transformant PUBG en concurrent direct ne générant aucun chiffre d'affaires, un boulet dont il fallait se débarrasser.
Rechercher sur Factornews